Le 25 juin 2014, le président israélien Shimon Peres et son ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman ont rencontré le président Barack Obama et le secrétaire d’État John Kerry pour mettre au point l’accession du Kurdistan irakien à l’indépendance.

Le Premier ministre Benyamin Netanyahou a annoncé, le 29 juin, qu’Israël soutenait la création d’un État kurde indépendant au nord de l’Irak lors d’un discours à l’Institut de l’Université de Tel Aviv pour les études de sécurité nationale.

Malgré l’avis émis par le gouvernement fédéral irakien de Nouri al-Maliki, le gouvernement local du Kurdistan irakien a réussi à exporter en Israël le pétrole volé à Kirkouk [1]. Le pétrole a transité par un pipe-line contrôlé par l’ÉIIL, puis par le port turc de Ceyhan.

[1] “Israel accepts first delivery of disputed Kurdish pipeline oil”, par Julia Payne, Reuters, 20 juin 2014.