JPEG - 44 ko

Nous, dirigeants de l’Union européenne (UE) et de ses États membres, en concertation avec les dirigeants des Balkans occidentaux, et en présence des parties prenantes régionales et internationales, réaffirmons ce jour notre solidarité profonde avec nos partenaires dans le contexte de la crise du coronavirus. En cette période sans précédent, nous avons conclu ce qui suit :

1. Rappelant les sommets de Zagreb en 2000, de Thessalonique en 2003 et de Sofia en 2018, l’UE réaffirme une nouvelle fois son soutien sans équivoque à la perspective européenne des Balkans occidentaux. Les partenaires des Balkans occidentaux ont réaffirmé leur attachement à la perspective européenne, qui constitue leur choix stratégique définitif. La crédibilité de cet attachement dépend aussi d’une communication publique claire et de la mise en oeuvre des réformes nécessaires.

2. L’ampleur de la crise du coronavirus nous appelle à faire preuve d’unité et de solidarité. L’UE est présente aux côtés de ses partenaires des Balkans occidentaux et reste déterminée à soutenir activement les efforts qu’ils déploient pour lutter contre la pandémie provoquée par le coronavirus et ses incidences sur les sociétés et les économies.

3. L’UE et les Balkans occidentaux unissent leurs efforts pour lutter contre le coronavirus et ses conséquences. L’UE a mobilisé très rapidement un ensemble de mesures d’un montant supérieur à 3,3 milliards d’euros en faveur des Balkans occidentaux, comme indiqué dans la communication de la Commission du 29 avril intitulée "Soutien aux Balkans occidentaux dans la lutte contre la COVID-19 et la relance après la pandémie". Cela inclut un soutien immédiat au secteur de la santé, en particulier par la fourniture d’équipements essentiels permettant de sauver des vies, un soutien substantiel aux besoins de nos partenaires en matière de relance socioéconomique, ainsi que 750 millions d’euros d’assistance macrofinancière et 1,7 milliard d’euros d’aide provenant de la Banque européenne d’investissement.

4. La pandémie qui sévit actuellement fait clairement apparaître la manière dont l’UE et les Balkans occidentaux font face ensemble aux défis communs. Cette coopération comprend la passation conjointe de marchés et les flux commerciaux sans restriction d’équipements de protection individuelle, la circulation rapide de biens essentiels à travers les points de passage frontaliers via des voies réservées reliant l’UE et les Balkans occidentaux, la fourniture par l’UE de matériel de contrôle visant à vérifier le bon fonctionnement des tests de dépistage du coronavirus dans les Balkans occidentaux, ainsi qu’une coopération étroite avec les instances sanitaires compétentes.

5. Le fait que ce soutien et cette coopération aillent bien au-delà de ce que tout autre partenaire a fourni à la région mérite une reconnaissance publique. Par ailleurs, l’UE salue l’aide précieuse que les Balkans occidentaux apportent dans le contexte de cette pandémie à leurs voisins immédiats et à l’UE ; elle y voit l’expression de la solidarité et du soutien mutuel sur lesquels l’UE repose. Cette coopération et cette coordination devraient se poursuivre à l’avenir, y compris pendant toute la phase de sortie et de relance.

6. L’UE et les partenaires des Balkans occidentaux souscrivent à l’objectif commun d’une Europe pacifique, forte, stable et unie, reposant sur nos liens historiques, culturels et géographiques, et sur les intérêts que nous partageons dans les domaines politique et économique et en matière de sécurité. L’UE est résolue à encore intensifier son action à tous les niveaux en vue de soutenir la transformation politique, économique et sociale de la région, et accueille avec satisfaction l’engagement des partenaires des Balkans occidentaux de respecter les valeurs et principes européens et de mener les réformes nécessaires de manière approfondie et vigoureuse. L’octroi d’une assistance accrue de l’UE dépendra des progrès tangibles accomplis dans le domaine de l’état de droit et en matière de réformes socio-économiques, ainsi que du respect par les partenaires des Balkans occidentaux des valeurs, règles et normes de l’UE.

7. L’UE salue l’attachement ferme des partenaires des Balkans occidentaux à la primauté de la démocratie et de l’état de droit, en particulier pour ce qui concerne la lutte contre la corruption et la criminalité organisée, à la bonne gouvernance, ainsi qu’au respect des droits de l’homme, de l’égalité entre les femmes et les hommes et des droits des personnes appartenant à des minorités. Les dirigeants des Balkans occidentaux devraient veiller à ce que les valeurs fondamentales, les principes démocratiques et l’état de droit soient respectés et mis en oeuvre rigoureusement, y compris pendant l’application de mesures spéciales et extraordinaires destinées à endiguer la pandémie provoquée par le coronavirus. La transformation de la société et la mise en oeuvre effective de réformes reposent sur ces fondements. La société civile et l’indépendance et le pluralisme des médias ainsi que la liberté d’expression et la protection des journalistes jouent un rôle essentiel dans le processus de démocratisation.

8. Nous renforcerons notre coopération en matière de lutte contre la désinformation et d’autres activités hybrides émanant en particulier d’acteurs d’États tiers cherchant à ébranler la perspective européenne de la région. Une collaboration plus étroite est nécessaire dans les domaines du renforcement de la résilience et de la cybersécurité. La communication stratégique est essentielle à cet égard.

9. L’UE soutient pleinement l’engagement pris par les partenaires des Balkans occidentaux en faveur d’une coopération régionale inclusive et du renforcement des relations de bon voisinage, y compris avec les États membres de l’UE. Il demeure important à cet égard de mettre en oeuvre de bonne foi les accords bilatéraux et d’obtenir des résultats concrets, y compris en ce qui concerne l’accord de Prespa avec la Grèce et le traité de bon voisinage avec la Bulgarie. Il convient de consacrer des efforts supplémentaires et décisifs à la réconciliation et à la stabilité régionale, ainsi qu’à la recherche et à la mise en oeuvre de solutions définitives, inclusives et contraignantes aux questions et différends bilatéraux des partenaires, hérités du passé, conformément au droit international et aux principes établis, notamment l’Accord sur les questions de succession. Nous saluons la récente nomination du représentant spécial de l’UE pour le dialogue entre Belgrade et Pristina et les autres questions régionales concernant les Balkans occidentaux.

10. La coopération étroite des Balkans occidentaux dans le cadre des structures régionales existantes s’est révélée précieuse pour faire face à la crise de la COVID-19. L’UE continuera de soutenir cette coopération régionale inclusive, et demande instamment aux dirigeants des Balkans occidentaux de tirer pleinement parti des possibilités qu’offre la coopération régionale en vue de faciliter la relance économique après la crise. Pour ce faire, l’ensemble de la région doit s’engager fermement à continuer d’approfondir l’intégration économique régionale, en s’appuyant sur les règles et normes de l’UE et en rapprochant ainsi la région et ses entreprises du marché intérieur de l’UE. Développer cette dimension, notamment dans le cadre de l’espace économique régional (EER), peut contribuer à rendre la région plus attrayante pour les investissements.

11. Une fois que nous aurons levé les mesures immédiates destinées à endiguer la pandémie de COVID-19, une nouvelle phase de coopération étroite suivra, visant à faire face aux conséquences socioéconomiques importantes de la crise. Sur la base de sa communication du 29 avril, la Commission européenne est invitée à présenter un plan économique et d’investissement robuste pour la région, visant à stimuler les économies tout en améliorant leur compétitivité, afin de mieux les relier entre elles au sein de la région et à l’UE. Il est de la plus haute importance d’investir pour stimuler la relance de la région à long terme et soutenir les réformes nécessaires afin de continuer à avancer sur la voie européenne et de combler les disparités en procurant plus rapidement à la région les avantages qui en découlent. Les Balkans occidentaux devraient se transformer en économies de marché viables à même de s’associer pleinement au marché unique de l’UE, de créer des emplois et des possibilités d’entreprendre, d’améliorer l’environnement des entreprises et le climat d’investissement et de promouvoir l’état de droit. Dans le cadre de ce processus, il convient de s’attacher tout particulièrement à associer la région aux ambitions climatiques de l’UE, conformément à l’accord de Paris, à favoriser la réalisation du programme en matière d’environnement pour les Balkans occidentaux ainsi qu’à promouvoir l’économie numérique et à renforcer la connectivité dans toutes ses dimensions : les transports, l’énergie, le numérique et les relations entre les gens, y compris le tourisme et la culture. L’accent devrait également être mis sur le développement social, et en particulier sur des mesures dans les domaines de la santé, de l’éducation et de la politique sociale, ainsi que sur l’offre de nouvelles possibilités pour les jeunes.

12. L’UE et les Balkans occidentaux sont confrontés à un certain nombre de défis communs en matière de sécurité, qui appellent des actions individuelles et collectives coordonnées. Nous convenons de faire progresser notre coopération sur les grandes questions de sécurité avec davantage de détermination et d’une manière plus systématique, y compris au niveau opérationnel. Les partenaires s’engagent à compléter ces efforts par l’élaboration d’instruments inclusifs pour la coopération au sein des Balkans occidentaux, en s’appuyant, le cas échéant, sur les outils et cadres de l’UE.

13. La prévention du terrorisme et de l’extrémisme ainsi que la lutte contre ces phénomènes, y compris le financement, la radicalisation et le retour des combattants terroristes étrangers, nécessitent une attention particulière.

14. L’UE et les partenaires des Balkans occidentaux reconnaissent qu’il est essentiel d’obtenir des résultats dans la lutte contre la corruption et la criminalité organisée pour assurer la transformation politique et socioéconomique de la région ainsi que la stabilité et la sécurité régionales, qui sont dans l’intérêt supérieur de leurs citoyens. Il est nécessaire de déployer des efforts plus soutenus et d’obtenir des résultats substantiels dans ces domaines, dans le prolongement des avancées notables réalisées grâce aux activités financées par l’IAP.

15. Les partenaires des Balkans occidentaux, en coopération avec l’UE et les uns avec les autres, continueront de prendre des mesures décisives pour lutter contre la traite des êtres humains, la culture de la drogue, le blanchiment d’argent et le trafic d’êtres humains et de stupéfiants. La lutte contre le trafic illicite d’armes constitue un excellent exemple de la manière dont nous pouvons accroître notre sécurité lorsque nous coopérons pour atteindre un objectif commun.

16. Notre coopération visant à faire face aux défis liés à la migration, y compris la lutte contre le trafic de migrants, a fait la preuve de son utilité ; elle sera développée davantage et tirera parti d’outils tels que la coopération avec Frontex, le Bureau européen d’appui en matière d’asile (EASO) et Europol. Les accords sur le statut qui n’ont pas encore été conclus avec Frontex devraient l’être sans retard. L’UE continuera de soutenir l’amélioration des capacités d’accueil dans les Balkans occidentaux.

17. La priorité devrait être donnée à la sécurité énergétique, y compris la diversification des sources et des voies d’approvisionnement.

18. L’UE salue la contribution apportée par les partenaires des Balkans occidentaux aux missions et opérations de l’UE. L’UE espère un nouvel approfondissement de la coopération dans le domaine de la politique étrangère et de sécurité commune (PESC) et invite une nouvelle fois tous les partenaires à progresser vers à un alignement plein et entier sur les positions de l’UE en matière de politique étrangère, notamment en ce qui concerne les questions dans lesquelles des intérêts communs majeurs sont en jeu, et à agir en conséquence.

19. Afin de promouvoir davantage nos intérêts communs, les dirigeants de l’UE se déclarent prêts à relancer le dialogue politique, y compris et de manière régulière à un haut niveau, entre l’UE et les Balkans occidentaux.

20. Nous nous félicitons que nos partenaires des Balkans occidentaux se rallient à la présente déclaration.