Les grandes puissances occidentales méprisent les peuples non-occidentaux. À la conférence de Versailles (1919), elles refusaient de reconnaître l’égalité des peuples, et conservent aujourd’hui encore quelques colonies.

Elles se sont arrogées le droit de dire qui avait le droit de gouverner tel ou tel État. En 2011, elles lançaient le slogan « Kadhafi doit partir ! », prétendûment pour le bien du peuple libyen. Aujourd’hui le Guide est mort et l’esclavage a été rétabli. Toujours en 2011, elles lançaient avec familiarité « Bachar doit partir ! » (Bachar et non pas Assad). Mais, le peuple syrien résista et neuf ans plus tard le prétendu tyran est toujours-là. C’est désormais le tour de Loukachenko doit partir.

C’est tout au moins l’opinion du président français, Emmanuel Macron, pour lui « Loukachenko doit partir ! » [1]. Motif : l’élection présidentielle biélorusse a été truquée. C’est effectivement fort probable. Sauf qu’il est également fort probable qu’Alexandre Loukachenko est largement majoritaire dans son pays, en tous cas bien plus légitime que Svetlana Tikhanovskaïa. Conscients de leurs déboires précédents, les Occidentaux ont donc refusé de reconnaître l’élection de Loukachenko, mais n’ont pas pour autant reconnu celle de Tikhanovskaïa.

[1] EXCLUSIF. Emmanuel Macron sur la situation en Biélorussie : "Il est clair que Loukachenko doit partir", par François Clemenceau, le Journal du Dimanche, 27 septembre 2020.