Amnesty International dénonce un accord de paix qui évacue la question des droits individuels fondamentaux.