Milosevic est toujours au pouvoir et le Kosovo est en ruine. Qui peut donc prétendre avoir gagné ? se demande le Times. En réalité, les dirigeants occidentaux se sont préoccupés de faire plier leur adversaire sans hésiter à sacrifier les populations. Les Kosovars, que l’on prétendait secourir, vont maintenant rentrer dans un pays dévasté, qui sera -comme la Bosnie- placé sous un protectorat corrompu et inefficace. Les bombardements n’étaient qu’une cruauté sans effet, car Milosevic n’a plié que lorsqu’il a été menacé d’une attaque au sol. La Maison-Blanche continuera à bombarder Belgrade de temps à autre, comme elle le fait pour l’Irak, car Bill Clinton, comme un pape médiéval, ne trouve pas de satisfaction s’il n’a sacrifié quotidiennement des hérétiques sur l’autel de son Dieu. Qui sera sa prochaine victime ?