La confirmation des faibles pertes militaires serbes (13 tanks et environ 400 soldats) en 79 jours de bombardements n’est pas un sujet d’étonnement pour ceux qui, comme moi, ont suivi la guerre sur place. Nulle part je n’avais observé de funérailles ou d’avis de décès de militaires. La Yougoslavie a livré la seule guerre pour laquelle Tito l’avait préparée. Elle a disséminé et caché ses forces pour échapper au bombardement massif d’un ennemi très supérieur. Que cet ennemi ait été l’OTAN et non pas l’URSS ne change rien. Les communiqués de victoire de l’Alliance, prétendant avoir détruit 40 % des chars serbes et 60 % de son artillerie lourde, n’étaient pas des mensonges mais des erreurs d’interprétation. Pendant 79 jours, l’Alliance s’est efforcée de détruire avec des armes sophistiquées de simples leurres.