Orateur du Sommet économique de l’Europe de l’Est (Salzbourg, 30 juin), le financier Georges Soros a souligné que la reconstruction ne pouvait fonctionner que si les États concernés étaient intégrés dans des zones d’échanges suffisamment amples. Selon lui, les difficultés actuelles de la Bosnie s’expliqueraient par son isolement. Pour reconstruire la Yougoslavie, il faudrait l’intégrer dans un espace économique incluant la Bulgarie, la Roumanie et la Moldavie. Cet ensemble devrait lui-même adopter l’euro et non pas le mark comme monnaie de référence. Georges Soros a recommandé l’application du plan rédigé par le Centre for European Policy Studies.

[Les travaux du Centre for European Policy Studies sont accessibles sur ]