Le Royaume-Uni et l’OTAN ont prétendu que Slobodan Milosevic avait inventé le " nettoyage ethnique ", c’est oublier ce que fut la politique britannique après la Seconde Guerre mondiale. À cette époque, les Anglais ont décidé le " rapatriement forcé " des prisonniers de guerre soviétiques et yougoslaves qui avaient fuit le communisme et s’étaient engagés aux côtés de l’Axe. En les raccompagnant de force en URSS et en Yougoslavie, ils les condamnaient à une mort certaine. Cette politique fut prolongée par les Américains sous le nom d’" Opération Keelhaul ". De nombreux soldats refusèrent d’obéir à ces ordres, dont les hommes du London Irish et divers militaires US. Ces crimes de guerre ont été qualifiés par Alexandre Soljenitzine de " dernier secret " de la Guerre mondiale. Après avoir été longtemps niés, ils ont été révélés par le comte Nikolai Tolstoï (petit-neveu du célèbre écrivain) dans trois ouvrages fondamentaux : Les Victimes de Yalta (1977), La Guerre secrète de Staline (1981) et surtout Le Ministre et les massacres (1986). Dans ce dernier livre, Nikolai Tolstoï révèle les noms des décideurs britanniques de ces crimes. A la suite de procès irréguliers en Angleterre, il a été condamné pour diffamation à verser 3 millions de dollars à Lord Aldington. Cette affaire est actuellement pendante à la Cour de Strasbourg. Le président Eltsine a décidé d’ouvrir les archives russe au comte Nikolai Tolstoï.