Pour mener une guerre juste, les États-Unis ont été conduits à bombarder des cibles civiles. Pour cacher ce choix, on a décidé de justifier chaque cible par son éventuel double usage, civil et militaire. De même, on a choisi d’utiliser des bombes à fragmentation, malgré les dommages collatéraux qu’elles provoquent. La vérité est que ces choix constituent un crime de guerre au sens de l’article 51 du Protocole additionnel de 1977 à la Convention de Genève de 1949. Un protocole qui n’a jamais été signé par les États-Unis.