Réseau Voltaire

Rapport de la Commission d’enquête parlementaire française sur les sectes - L’évaluation par les différents experts

+

Deux grandes associations ont aujourd’hui pour objet la lutte contre le phénomène sectaire.

La plus ancienne est constituée par l’Union Nationale des Associations pour la Défense de la Famille et des Individus (UNADFI), qui regroupe vingt associations locales, dont la première fut fondée en 1974.

C’est sept ans plus tard qu’a été créé le Centre de documentation, d’éducation et d’action contre les manipulations mentales (CCMM), à l’initiative de Roger Ikor, à la suite de la mort de son plus jeune fils, victime d’une secte.

Il est à signaler que d’autres experts disposent d’une compétence reconnue sur le phénomène sectaire : médecins, universitaires, hommes d’Eglise, journalistes, ils appartiennent aux horizons les plus divers.

Le tableau ci-après récapitule les estimations fournies sur le nombre d’adeptes de certaines sectes par un certain ombre d’ouvrages parus entre 1977 et 1987. Il montre clairement qu’en l’espace de ces dix années, le nombre supposé des adeptes de chacune d’entre elles a considérablement augmenté, exception faite de la Mission de la Lumière divine.

L’UNADFI a par ailleurs communiqué à la Commission une estimation, pour 1995, du nombre d’adeptes des principales sectes implantées en France. Ce recensement partiel fait apparaître, pour la seule trentaine de sectes citées, qui n’inclut pas les Témoins de Jéhovah, un nombre d’adeptes supérieur à 120.000. Cette estimation semble donc sensiblement supérieure à celle des Renseignements généraux, qui évaluent à 160.000 le nombre des adeptes des quelque 172 groupements qu’ils reconnaissent comme sectes.

Le même écart est perceptible pour le nombre de structures sectaires, évalué le plus souvent entre 200 et 300 (un des interlocuteurs de la Commission a même avancé le chiffre de 1.000).

La déclaration suivante, faite devant la Commission, traduit bien l’importance estimée du phénomène sectaire en même temps que la difficulté à l’appréhender.

" En quantité, il est très difficile de chiffrer le fait sectaire. Les maximalistes voient des sectes partout et considèrent qu’il y a des centaines de milliers de Français qui sont touchés. Je crois qu’il faut être plus raisonnable. Il y a sans doute des formes un peu aberrantes de religiosité qui ne sont pas pour autant des sectes, dont le comportement des adeptes n’est pas en lui même particulièrement remarquable, ni même condamnable. Ce que je dirai, c’est qu’il doit y avoir en France, à l’heure actuelle, entre 200 et 300 sectes qui ont une importance et une audience extrêmement variées, que ces milieux sont tout à fait instables, à la fois parce que certaines, comme toutes les organisations humaines, se développent alors que d’autres meurent, qu’elles sont influencées par l’étranger, ce qui signifie que des passages de populations étrangères s’effectuent et qu’en même temps des Français s’expatrient dans d’autres sites où la secte est implantée. Toutes ces associations doivent concerner, directement ou indirectement, environ un demi-million de Français. Quand je dis ``directement’’, je pense bien entendu aux adeptes eux-mêmes, ceux qui sont entrés dans une secte et qui en sont sortis, à la rigueur ceux qui sont sur le point d’y entrer, mais également tout l’environnement familial et social des adeptes de sectes qui subit naturellement les répercussions des pratiques et des comportements sectaires de ceux-ci. "

Dénombrement des adeptes de sectes en 1995 par l’UNADFI

Nom de la Secte/Nombre d’adeptes en France/Nombre d’adeptes dans le monde

Monde Alliance universelle 1.000 2.000

Antoinistes 2.500 200.000

Communauté des Chrétiens 300 80.000

Eglise du Christ de Paris 700

Eglise du Christ scientiste 800 480.000

Eglise évangélique de Pentecôte de Besançon 500

Eglise néo apostolique 17.700 7.187.000

Eglise universelle de Dieu 300 100.000

La Famille (ex Enfants de Dieu) 250 12.000

Fraternité blanche universelle 20.000

Krishna 1.000 80.000 IVI 7.000

Longo mai 200 + 70 enfants

Mahikari-Sukyo Mahikari 15 à 20.000 500.000

Mandarom ou Chevaliers du Lotus d’or 2.000

MT Méditation transcendantale 3.500.000

Moon ou association du Saint esprit pour l’Unification mondiale 500 180.000

Mormons ou Eglise de Jésus Christ des Saints des derniers jours 25.000 8.406.985

Mouvement du Graal 950 9.000

Mouvement parti humaniste 200

Nouvelle Acropole 10.000

Raja Yoga ou Organisation spirituelle des Brahma Kumaris 200

Ram Chandra mission 60 précepteurs pour 600 " Abhiasys "

Raeliens 1.000 20.000

Sahaja Yoga Matapi 200

Saint Erme 350

Scientologie 1.000 + 6.000 clients 11.000.000

Sokka Gakkai + Nichiren Soshu 6.000 17.000.000

Par ailleurs, les différents experts auditionnés par la Commission ont, en règle générale, confirmé qu’au cours des dernières années, le mouvement sectaire s’est, tant en termes de structures que de nombre d’adeptes, considérablement développé, même s’ils ne disposent pas de données chiffrées précises sur cette tendance.

Au-delà des difficultés de mesure, il n’apparaît pas contestable que le phénomène sectaire est aujourd’hui en France bien réel, et qu’il semble en progression.

Par ailleurs, les caractéristiques de son évolution laissent présager des potentialités d’expansion qui ne laissent pas d’inquiéter votre commission.


Source : Assemblée nationale. http://www.assemblee-nationale.fr

Rapports officiels

Rapports d’institutions nationales et internationales classés par thème.

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.