Une réunion interministérielle devait se tenir le 19 septembre 2001 au cabinet de Daniel Vaillant avec les organisateurs de free-parties.

Contrairement aux accords préalables, le ministère de la Justice a été écarté de cette table ronde. En outre, le cabinet du ministre de l’Intérieur a tenté de semer la confusion en invitant à la même réunion les représentants de free-parties et ceux de spectacles commerciaux sur la seule base de leur goût commun pour un type de musique ; le cabinet du ministre espérait ainsi contraindre des artistes à entrer dans un système marchand et à renoncer à l’exercice de leur droit constitutionnel de manifestation.

En conséquence, les représentants des sounds-systems libres ont pris acte du double langage du cabinet de Daniel Vaillant et de son refus de poursuivre un dialogue sincère.