Contexte

Comme les États-Unis sont la seule superpuissance qui reste, ils ne peuvent faire autrement que participer à des activités un peu partout dans le monde.

Le Congrès américain l’a reconnu et a décidé qu’il fallait établir, pour chacune des régions du globe, un potentiel militaire, en choisissant des commandants qui connaissent bien la région et en faisant exécuter périodiquement par les forces armées américaines desopérations menées conjointement avec les pays de la région. Ce concept global allait permettre aux États-Unis de réagir à tout incident n’importe où sur la planète.

C’est ainsi que les États-Unis ont mis sur pied la structure de commandement unifiée, tout simplement en divisant le monde en plusieurs zones de responsabilité confiées à des commandants américains. Aucune armée des pays à l’intérieur d’une zone de responsabilité donnée n’est sous les ordres du commandant américain. Seules les forces américaines sont sous le commandement de celui-ci.

Avant la révision de 2002, le monde entier, sauf la Russie, le Canada et le Mexique, avait un commandant géographique " attitré " dont les forces se trouvaient dans leur zone de responsabilité. Ces trois autres pays étaient assignés au chef de l’état-major interarmées et à ses effectifs. Le contact canadien au sein de l’armée américaine était donc le chef de l’état-major interarmées et ses effectifs.

Le Congrès a aussi reconnu que le monde était un milieu dynamique où les choses évoluaient sans cesse. Le chef de l’état-majorinterarmées est tenu de réexaminer, au moins aux deux ans, les missions et responsabilités (y compris les limites géographiques) de chaque commandement de combat et de recommander au Président, par l’intermédiaire du Secrétaire à la Défense, tous les changements nécessaires. C’est ce qu’on appelle l’examen de la structure de commandement unifiée.

Les événements du 11 septembre 2001 ont amené le département américain de la Défense à repenser son organisation et il est arrivé à la conclusion qu’un commandement de défense de la patrie s’imposait pour compléter l’Office of Homeland Security (office de défense de la patrie) du gouverneur Ridge. C’est ainsi qu’en avril 2002, le Secrétaire américain à la Défense Rumsfeld a annoncé plusieurs modifications apportées à l’UCP (Unified Command Plan), le plan de commandement unifié, notamment la création d’un commandement Nord (opérationnel le 1er octobre 2002) qui sera responsable de la zone géographique comprenant les Antilles, le Mexique, les États-Unis et le Canada. (Il y a une liste complète des commandements unifiés américains à la fin de l’annexe.)

Le commandement Nord n’est pas différent des autres commandements géographiques des États-Unis et il ne " commande " pas à d’autres forces armées que celles des États-Unis. Aucun militaire canadien n’y sera affecté.

Le commandant en chef (C en C)

Chaque commandement américain est sous les ordres d’un commandant en chef qui relève directement du Président des États-Unis par l’intermédiaire du Secrétaire à la Défense (M. Rumsfeld). Il arrive aussi qu’un commandant en chef soit en réalité à la tête de deux organisations différentes ; on dit alors qu’il porte deux chapeaux.

Le commandant du commandement Nord est le général Eberhart qui est lui-même coiffé de deux chapeaux puisqu’il commande aussi le NORAD. Il est donc à la tête de deux effectifs distincts ayant chacun leur quartier-général à Colorado Springs :
- l’un composé exclusivement de militaires américains du commandement Nord (NORTHCOM)
- l’autre composé à la fois de militaires canadiens et de militaires américains (NORAD).

À titre de commandant du commandement Nord, le général relèvera directement du Président des États-Unis tandis qu’en sa qualité de commandant du NORAD, il relèvera directement du Premier ministre du Canada et du Président des États-Unis.

Structure de commandement de l’armée américaine - Octobre 2002

À compter du 1er octobre 2002, la structure de commandement de l’armée américaine relevant du Secrétaire à la Défense et de ses fonctionnaires civils se composera de dix commandements unifiés, de cinq commandements de zones géographiques regroupant le potentiel opérationnel aérien, terrestre et maritime, et de cinq commandements fonctionnels dont le nom désigne la spécialité. Le Plan decommandement unifié fournit des lignes directrices à tous les commandants de combat, définit leurs missions et leurs attributions et délimite leur zone géographique de responsabilité. Le tableau ci-dessous présente sommairement les dix commandements.

Plan de commandement unifié des États-Unis (UCP)

Nom entier AOR (Zone de responsabilité) QG
Commandement Centre La péninsule d’Arabie, l’Iraq et le nord de la mer Rouge ; la Corne de l’Afrique (jusqu’au Kenya au Sud) ; l’Asie du Sud et Centrale (incluant les pays se terminant par -stan). AFB McDill (Floride)
Commandement Europe Toute l’Europe y compris (à partir du 1er octobre 2002) la Russie ; toute l’Afrique à l’exception de la Corne et de Madagascar ; les pays du Moyen-Orient longeant les côtes de la Méditerranée. S’occupe des eaux au large de la côte occidentale de l’Afrique et de l’Europe, y compris la Méditerranée, la mer Caspienne et l’océan Atlantique (a pris en charge les eaux de l’ancien commandement Atlantique en 1999). Stuttgart-Vaihingen Allemagne
Commandement Nord S’étend vers le sud depuis l’Alaska en englobant toute l’Amérique du Nord, y compris un soutien au Canada, le Golfe du Mexique et le Mexique. Mise sur pied prévue le 2002-10-01. AFB Peterson (Colorado) U.S.A.
Commandement Pacifique Chargé de tout l’océan Pacifique depuis 500 milles au large de la côte ouest américaine, y compris Hawaii et Guam, jusqu’à la côte orientale de l’Afrique et à la côte de l’Asie majeure (Russie et Chine). À compter du 1er octobre 2002, il y aura un élément de coordination avec EUCOM pour l’effort militaire russe en appui à l’effort militaire américain. La zone comprend l’Asie et s’étend vers l’ouest jusqu’à l’Inde, le Japon, la Corée, et la Chine. L’AOR englobe aussi toute la Polynésie de même que l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Le territoire neutre de l’Antarctique se trouve aussi dans l’AOR du PACOM.  Honolulu (Hawaii) U.S.A.
Commandement Sud Chargé de l’Amérique centrale et de l’Amérique du Sud et de la mer des Caraïbes. Miami (Floride) U.S.A.
Comman-dement de la force conjointe À compter du 1er octobre, va céder au NORTHCOM toute la sécurité du territoire américain pour devenir un commandement fonctionnel chargé de poursuivre le développement conjoint des armes et de la doctrine, notamment en ce qui concerne la transformation militaire axée sur le personnel et la technologie. Norfolk (Virginie) U.S.A. Commandement spatial Tous les éléments de surveillance spatiaux et terrestres destinés à un usage militaire. Aussi chargé de la guerre électronique, de la sécurité informatique et de la conception d’ordinateurs pour les services. AFB Peterson (Colorado) U.S.A.
Commandement Opérations spéciales Toutes les opérations spéciales américaines y compris les unités d’élite aériennes, terrestres et maritimes. Comprend l’entraînement et la doctrine opérationnelle, conférant à un commandement la responsabilité de créer, retenir les effectifs et entretenir le potentiel en vue d’un déploiement immédiat ordonné par l’autorité nationale de commandement, parfois en moins de 24 heures. A repris les actifs de la Force d’intervention. AFB MacDill (Floride) U.S.A.
Commandement stratégique Tous les éléments stratégiques et éléments de combat en corrélation AFB Offutt (Nebraska) U.S.A.
Commandement Transports A assumé les fonctions de tout le potentiel de transport par air et par mer de l’armée américaine. S’occupe des avions et bateaux de transport. AFB Scott (Illinois) U.S.A.

USNORTHCOM : Commandement Nord USEUCOM : Commandement Europe USPACOM : Commandement Pacifique USSOUTHCOM : Commandement Sud USCENTCOM : Commandement Centre


Source : Sénat du Canada : http://www.parl.gc.ca