AFP | 6 mai 2003, 18h24
La famille de Saddam aurait pris 900 millions de dollars

JPEG - 16.9 ko

WASHINGTON - Des membres de la famille ou du régime de l’ex-président irakien Saddam Hussein ont pris quelque 900 millions de dollars dans les caisses de la Banque centrale irakienne avant la guerre, a indiqué mardi un responsable du département du Trésor américain.

« Tout ce que je puis faire, c’est confirmer les informations selon lesquelles 900 millions de dollars ont été pris dans les caisses de la Banque Centrale irakienne par le régime de Saddam Hussein ou sa famille », a-t-il ajouté, en demandant à rester anonyme.

Le quotidien New York Times a affirmé mardi que l’un des fils de Saddam Hussein et un proche collaborateur avaient volé près d’un milliard de dollars de la Banque centrale irakienne quelques heures avant le lancement de l’opération militaire américaine contre le régime de Bagdad le 20 mars.

Selon le New York Times qui cite un responsable irakien ayant refusé de donner son identité, Saddam Hussein a envoyé son second fils Qoussaï à la Banque centrale et son assistant personnel Abid Al-Halid Mahmoud avec une lettre portant sa signature et autorisant le retrait de cette somme. Selon la source irakienne citée par le journal, ce milliard de dollars représentait environ le quart des réserves en devises de la Banque centrale.

Le transfert de l’argent - 900 millions de dollars en billets de 100 dollars et l’équivalent de 100 millions de dollars en euros - à bord de trois poids-lourds, supervisé par le fils de l’ex-président, a eu lieu l’après-midi du 18 mars, a encore révélé le journal.

« Quand vous recevez un ordre de Saddam Hussein, vous ne discutez pas », a affirmé un responsable irakien ayant requis l’anonymat et cité par le journal.

L’argent a probablement été caché en Syrie où il a disparu en même temps que Qoussaï et l’assistant personnel de Saddam Hussein, selon le New York Times.

Le porte-parole du Trésor américain n’a pu confirmer que le vol des 900 millions de dollars en coupures de 100 dollars, pas la somme en euros.

Le responsable irakien qui a fait les révélations au journal américain occupait une fonction importante à la Banque centrale sous le régime de Saddam Hussein. Il a souligné qu’il craignait d’être poursuivi par l’ex-dictateur ou certains de ses proches collaborateurs qui pourraient le tuer.

Les aspects légaux de cet énorme retrait effectué le 18 mars par Qoussaï ne sont pas clairement établis, selon le journal rappelant que son père exerçait un pouvoir absolu en Irak depuis plus de 20 ans.

Mais selon le responsable irakien, cité par le New York Times, ni le despote ni sa famille n’avaient recours à des retraits massifs réguliers. « Parfois ils venaient demander des petites sommes, peut-être 5 millions de dollars », a-t-il indiqué au journal.

Qoussaï et Mahmoud étaient accompagnés lors de leur dernière opération par le directeur de la Banque Centrale irakienne, le ministre des Finances, le directeur du Trésor irakien et un groupe d’employés qui ont chargé les caisses d’argent dans les poids-lourds et les chauffeurs de ces derniers, selon le responsable irakien.

L’ex-ministre des Finances du régime de Saddam Hussein, Hekmat al-Azzaoui, a été arrêté par la police irakienne et livré aux forces américano-britanniques le 18 avril. Il figurait en 45ème position sur la liste de 55 responsables du régime déchu recherchés par les Américains.