Réseau Voltaire

« Les preuves d’une fraude électorale s’accumulent »

+

L’image d’une fraude électronique massive durant les élections au Venezuela se fait de plus en plus précise. Les sondages sortis des urnes indiquaient que l’opposition avait entre 12 et 19 points d’avance sur Hugo Chavez mais la commission électorale contrôlée par le gouvernement a affirmé quand elle a donné les résultats préliminaires que le président avait remporté l’élection avec 58 % des voix. Beaucoup n’y crurent pas, mais acceptèrent le résultat après que Cesar Gaviria de l’Organisation des États américains et Jimmy Carter aient confirmé le vote.
Pourtant, deux jours après l’élection, de plus en plus de preuves viennent démontrer que l’élection était truquée par le système électronique et l’opposition réclame un décompte manuel des voix. Après avoir été contraint d’accepter un référendum révocatoire, Chavez savait que deux tiers des Vénézuéliens étaient opposés à son projet révolutionnaire d’inspiration cubaine. Deux pétitions furent nécessaires pour que la commission électorale soit contrainte d’accepter le référendum, à court de manipulation et confronté aux pressions internationales. Elle décida cependant que le vote électronique ne pourrait être vérifié qu’après l’élection, que les reçus émis par les machines et qui viennent confirmer le vote seraient placés dans une urne, mais pas recomptés. À Valle de la Pascua, la machine a compté 75 % de « oui » et les gardes nationaux l’ont saisie avant vérification. Dans un bureau qui vote traditionnellement contre Chavez, plusieurs machine ont enregistré le même nombre de vote « oui » et beaucoup plus de vote « non », les machines étaient programmé pour présenter les votes oui comme des non une fois un score atteint.
Bien que le l’Organisation des États américains et le Carter Center aient déclaré les élections équitables et justes, il n’ont fait que se baser sur les résultats électroniques. Une fois les problèmes soulevés, les deux organisations ont accepté un recompte des résultats de 150 machines, prises au hasard, mais en réalité c’est un recompte total qui est nécessaire.

Source
International Herald Tribune (France)
L’International Herald Tribune est une version du New York Times adaptée au public européen. Il travaille directement en partenarait avec Haaretz (Israël), Kathimerini (Grèce), Frankfurter Allgemeine Zeitung (Allemagne), JoongAng Daily (Corée du Sud), Asahi Shimbun (Japon), The Daily Star (Liban) et El País (Espagne). En outre, via sa maison-mère, il travaille indirectement en partenarait avec Le Monde (France).

« Evidence of an electoral fraud is growing », par Enrique ter Horst, International Herald Tribune, 18 août 2004.

Enrique ter Horst

Enrique ter Horst est avocat et analyste politique vénézuélien. Il a été assistant du secrétaire général de l’ONU. Il a dirigé les opérations de maintien de la paix au Salvador et en Haïti et a été vice commissaire de l’ONU au Droits de l’homme.

 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.