Les récentes déclarations du secrétaire à la Défense des États-Unis, Robert Gates, selon lesquelles les forces non-US de l’OTAN en Afghanistan sont incompétentes, ouvrent la campagne du Pentagone pour la réforme de l’Alliance atlantique.

M. Gates estime —ce qui est exact— que la formation des soldats des nations ouest-européennes a été conçue pour lutter contre l’Union soviétique, pas pour faire face à une insurrection en Asie centrale. Il en conclut que ces soldats doivent accepter de recevoir une nouvelle formation de l’OTAN pour les adapter à des situations diverses.

Dans le sillage de M. Gates, un rapport « indépendant » de cinq anciens officiers supérieurs de l’OTAN a été rendu public hier par le German Marshall Fund des États-Unis en vue de nourrir la réflexion des chefs d’État de l’OTAN, convoqués à Bucarest début avril [Voir document joint].

Sous prétexte « de lutter contre le terrorisme et de contenir les menaces chinoise et indienne » (sic), il préconise la création d’un directoire militaire mondial USA-OTAN-Union européenne. Il suggère que les États membres de l’Union renoncent à débattre au Conseil européen des questions déjà traitées par le Conseil atlantique, de sorte que les décisions soient prises au sein de l’OTAN et qu’elles soient mises en œuvre par l’Union européenne.

Ce directoire viderait le Conseil de sécurité des Nations Unies de ses compétences au détriment des deux autres membres permanents de ce Conseil : la Russie et la Chine.

Cette proposition illustre la volonté des États-Unis de rompre avec l’unilatéralisme et les coalitions ad hoc pour associer leurs alliés de manière permanente à leurs actions militaires. Elle montre aussi que Washington entend inventer un multilatéralisme sélectif hors de l’actuel droit international. Par un complet renversement historique, l’Union européenne conçue pour garantir la paix en Europe deviendrait un instrument du militarisme US.

Ce rapport est signé par :
- Klaus Naumann, ancien chef du Comité militaire de l’OTAN (Allemagne)
- Peter Inge, ancien chef d’état major de la Défense (Royaume-Uni)
- John Shalikashvili, ancien chef d’état-major interarmes (États-Unis)
- Jacques Lanxade, ancien chef d’état-major de la Défense (France)
- Henk van den Breemen, ancien chef d’état-major de la Défense (Pays-Bas)

Documents joints


« Towards a Grand Strategy for an Uncertain World - Renewing Transatlantic Partnership », par Klaus Naumann, Peter Inge, John Shalikashvili, Jacques Lanxade et Henk van den Breemen


(PDF - 3.5 Mo)