Réseau Voltaire
4 décembre 1984

Morts dans l’indifférence à Bhopal

+

« C’est bien triste, mais on s’en fout, non ? », déclare (filmé à son insu) le PDG du groupe chimique Union Carbide (aujourd’hui Dow Chemical) à propos de la catastrophe qui s’abat dans la nuit du 3 au 4 décembre 1984 sur la ville de Bhopal, en Inde. Vers minuit, une fuite de methyl iso-cyanate (MIC) se produit à l’usine de pesticides Union Carbide - située au beau milieu d’un bidonville. 4 000 personnes meurent asphyxiées tandis que plus de 200 000 autres sont atteintes et deviennent aveugles ou handicapés à vie. Le lendemain matin, la maison mère aux États-Unis interdit aux responsables de l’usine de révéler la composition (brevetée) du produit qui s’est échappé, empêchant l’administration d’un remède salvateur. À ce jour, la catastrophe a fait entre 16 000 et 20 000 morts. Union Carbide fera tout pour échapper à ses responsabilités et les indémnisations traîneront pendant plus de 15 ans. Elles ne sont pas encore terminées... le site abandonné par l’entreprise est aujourd’hui une décharge toxique à ciel ouvert et ce sera au contribuable indien de payer les 25 millions de dollars du nettoyage.

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.