Réseau Voltaire
9 décembre 1893

Un attentat qui tombe à pic

+

Pour venger l’anarchiste Ravachol, guillotiné l’année précédente, Auguste Vaillant fait exploser une bombe à la Chambre des députés, le 9 décembre 1893 à Paris, sans faire de victimes. Profitant de l’émotion publique et s’appuyant sur la presse conservatrice, les parlementaires adoptent le 12 décembre des lois antiterroristes, dites « lois scélérates » : la presse voit ses libertés et ses garanties réduites à néant ; les délits d’opinion sont passibles de la correctionnelle ; les rassemblements ou associations interdits sont qualifiés d’associations de malfaiteurs ; toute propagande, littérature, manifestation et rassemblement anarchistes, même dans un lieu privé, sont purement et simplement interdits. « La liberté d’expression ne s’applique pas aux ennemis de la civilisation » tonne le banquier et futur président de la République, Casimir Perrier.

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.