Réseau Voltaire

« Les néo-conservateurs ont les mains à Aceh également »

+

Deux jours après le tsunami, George W. Bush était en vacances dans son ranch de Crawford et n’avait fait aucune déclaration publique. Les États-Unis offraient alors 15 millions de dollars, ce qui représente deux millions de dollars de moins que le salaire annuel le plus haut dans l’équipe de base-ball des Red Sox. Le 27 décembre, le coordinateur de l’aide humanitaire de l’ONU, Jan Egeland, décrivait les nations riches comme des « pingres » et le lendemain, Bill Clinton affirmait que face à ces horreurs, il fallait une puissante manifestation d’autorité. Aujourd’hui, le porte-parole de la Maison-Blanche rassure la nation sur le bon déroulement des vacances présidentielles, affirme que l’aide versée serait accrue de 35 millions de dollars et que le président avait en fait attendu d’avoir tous les éléments en main pour faire une déclaration.
En réalité, pour Bush, la guerre au terrorisme est l’alpha et l’oméga de la politique étrangère et il n’est pas venu à l’esprit de son administration qu’il serait de bonne politique de se montrer généreux avec une région musulmane. Finalement, une semaine après, face aux critiques, le président a recruté son père et Clinton pour trouver des fonds privé et les États-Unis offrent finalement 350 millions de dollars supplémentaire.
En fait, la catastrophe sert aujourd’hui à dissimuler la répression orchestrée par les militaires indonésiens contre les mouvements indépendantistes de Banda Aceh, une répression brutale qui emprunte sa justification à la rhétorique de la guerre au terrorisme et de la Guerre d’Irak. Depuis longtemps, Paul Wolfowitz milite pour annuler les restrictions aux aides aux militaires indonésiens, ne doutons pas qu’il va profiter de l’occasion pour renouveler ses efforts. Dans cette affaire, la carence morale accompagne le manque de stratégie claire.

Source
The Guardian (Royaume-Uni)

« The neocons have a hand in Aceh, too », par Sidney Blumenthal, The Guardian, 6 janvier 2004.

Sidney Blumenthal

Sidney Blumenthal Sidney Blumenthal est ancien assistant et conseiller spécial du président Bill Clinton. Il est l’auteur de The Clinton Wars. Il a été éditorialiste du New Yorker, du Washington Post et de New Republic. Il est désormais éditorialiste au Guardian sur les questions de politique états-unienne et le correspondant à Washington de Salon.Com.

 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.