Je continue d’affirmer qu’aucune négociation n’est possible avec le pouvoir ; si Bektour Assanov [1] a proposé de négocier, c’était par pure stratégie. Hier la situation était critique à Jalal Abad. Dans la journée, il y avait environ 20 000 personnes dans la rue et le soir 50 à 60 000. La milice ne voulait pas déposer les armes, c’est là que les leaders de l’opposition ont commencé à téléphoner au gouvernement pour lui demander d’arrêter ces fous. Leur appel était uniquement destiné à assurer la sécurité des gens dans la rue.
De nombreux membres des forces de l’ordre sont passés de notre côté, des miliciens sont rentrés se changer à la maison et sont ressortis dans la rue avec les manifestants, certains ont juré fidélité au peuple et seront désormais à nos côtés. Les coordinateurs du mouvement d’opposition « Unité Populaire » ont mené des discussions avec les représentants de l’OSCE hier et aussi avec l’ambassadeur américain. L’OSCE nous a proposé de servir de médiateur, nous sommes d’accords sur le principe d’une participation de leur part, mais pas financière car nous avons de l’argent.
Certains politologues russes disent que le pouvoir est solide en Kirghizie et qu’il sera donc plus difficile qu’en Ukraine ou en Géorgie de le renverser. Ils sont très forts, assis chez eux à réfléchir, mais ils ne sentent pas l’atmosphère qui règne ici, nous menons la révolution à notre manière et j’espère que nous atteindrons notre but. Ne tuez pas nos espérances. Nous contrôlons déjà six des sept provinces de la région d’Osh, cinq sur huit dans la région de Djalal Abad et bien d’autres encore, cela représente environ la moitié de la Kirghizie. Notre prochain objectif est, bien sûr, la capitale et l’administration présidentielle.

Source
Izvestia (Fédération de Russie)
Quotidien, diffusé à 430 000 exemplaires, fondé en 1917 comme la Pravda.

« НАША СЛЕДУЮЩАЯ ЦЕЛЬ - СТОЛИЦА. ПРЕЗИДЕНТСКАЯ АДМИНИСТРАЦИЯ », par Rosa Otunbaeva, Izvestia, 22 mars 2005. Ce texte est adapté d’une interview.

[1] un des meneurs de l’opposition à Jalal Abad