Je ne sais pas encore quelles retombées va avoir la conférence « L’Amérique latine au XXIème siècle : universalisme et originalité ? », mais il faut admettre que la situation actuelle ressemble à celle qui régnait à la veille de la Grande Guerre Patriotique [1] et il nous faut nous unir. Les idées fascistes sont à l’œuvre dans la politique états-unienne qui ignore l’existence de droits pour les autres pays. On peut tracer un parallèle entre la politique de Bush et d’Hitler.
Cuba ne peut compter aujourd’hui sur le soutien d’aucun État, nous n’avons aucun allié, même si nous avons quelques partenariats économiques avec la Chine et le Vénézuela. Nos relations avec la Russie sont normales car nous sommes d’accords sur de nombreux points. Nous n’oublierons jamais l’expérience soviétique du peuple de l’URSS, qui nous a permis de nous opposer et de résister à la politique états-unienne. J’aimerais que la Russie soit florissante, qu’elle ait le rôle dans le monde que sa puissance économique et militaire, que sa qualité de membre permanent à l’ONU, lui permettraient d’avoir. En tant qu’ami de la Russie, je voudrais dire que ce n’est pas le rôle que les États-uniens envisagent pour elle, du moins pas avant 2020.
Il y a, en accès libre sur le site Internet de la CIA, une lettre signée de différents économistes et politiciens états-uniens et canadiens qui au nom d’une organisation « pour le dialogue interaméricain », recommande « d’employer la force militaire pour précipiter la fin du régime castriste ». Nous ne sommes pas schizophrènes, depuis 1959, les États-Unis assurent comme ils disent la « constitution d’une opposition » autour de Cuba et la finance. Chaque année, nous célébrons l’anniversaire de la victoire sur le fascisme et cette année nous accueillerons une délégation de la Douma russe. La Russie a un très grand rôle à jouer qu’il ne faut pas ignorer pour que chacun sur la planète puisse, dans la mesure du possible, jouir de ses droits.

Source
Strana.ru (Fédération de Russie)
Strana.ru est un site d’information créé en 2000, financé par la Compagnie nationale de radiotélévision russe, site officiel de l’administration présidentielle russe à la fois quotidien, agence de presse et magazine analytique, privilégie l’approche indépendante et subjective de l’événement, articles d’auteurs et d’experts. il fait partie des sites de référence souvent mentionnés par les journaux traditionnels.

« Я бы предпочел процветающую Россию », par Ricardo Alarcón de Quesada, strana.ru, 29 mars 2005. Ce texte est adapté d’une interview.

[1] c’est le nom donné par les Russes à la Seconde Guerre mondiale