• En totale contradiction avec la tendance dominante des médias européens, l’envoyé spécial du Dagblad De Pers (Pays-Bas), Arnold Karskens, témoigne qu’il n’y a pas de révolution et de répression en Syrie, mais une déstabilisation du pays par des groupes armés instrumentés de l’étranger. Seul le Guardian (Royaume-Uni) défendait jusqu’à présent cette vision des événements).

• Dans le Washington Times, Roman Scarborough espère que la chute imminente du président el-Assad permettra de retrouver enfin les armes de destruction massives de Saddam Hussein que le dictateur irakien avait eu le temps de transférer en Syrie avant l’invasion US de son pays. Ainsi, les néo-cons n’auraient pas jamais menti pour envahir l’Irak et une action contre la Syrie permettrait de terminer la mission définie en son temps par les présidents Clinton et Bush Jr.

Documents joints


(PDF - 6 Mo)