Réseau Voltaire

Un appel d‘universitaires juifs aux députés français

+
JPEG - 32.3 ko

Le 3 décembre, l’Assemblée nationale va débattre et voter une proposition de résolution sur la lutte contre l’antisémitisme.

Cette résolution est hautement problématique.

Nous, universitaires et intellectuels juifs, d’Israël et d’ailleurs, dont beaucoup de spécialistes de l’antisémitisme et de l’histoire du judaïsme et de l’Holocauste, élevons notre voix contre cette proposition de résolution.

La montée de l’antisémitisme dans le monde, y compris en France, nous préoccupe profondément. Nous considérons l’antisémitisme et toutes les autres formes de racisme et de xénophobie comme une menace réelle contre laquelle il convient de lutter avec la plus grande fermeté, et exhortons le gouvernement et le Parlement français à le faire.

Tout en soulignant fermement notre préoccupation, nous nous opposons à la proposition de résolution sur l’antisémitisme pour deux raisons principales, et appelons les députés de l’Assemblée nationale à ne pas y apporter leur soutien.

Premièrement, l’exposé des motifs de la proposition de résolution associe l’antisionisme à l’antisémitisme. Il assimile même l’antisionisme à l’antisémitisme en précisant que « critiquer l’existence même d’Israël en ce qu’elle constitue une collectivité composée de citoyens juifs revient à exprimer une haine à l’égard de la communauté juive dans son ensemble ».

Avant de poursuivre notre argumentation, nous déplorons que l’exposé des motifs désigne Israël comme « une collectivité composée de citoyens juifs ». Environ 20 % de la population d’Israël sont des citoyens palestiniens, dont la plupart sont musulmans ou chrétiens. La désignation choisie occulte et nie leur existence. Nous considérons cette approche comme très problématique, compte tenu également de l’engagement de votre pays en faveur d’une définition de la citoyenneté française qui n’est pas basée sur l’ethnicité.

Nos opinions sur le sionisme peuvent être diverses, mais nous pensons tous, y compris ceux qui se considèrent comme sionistes, que cet amalgame est fondamentalement faux. Pour les nombreux juifs se considérant antisionistes, cet amalgame est profondément injurieux.

L’antisionisme est un point de vue légitime dans l’histoire juive, et il a une longue tradition, y compris en Israël. Certains juifs s’opposent au sionisme pour des raisons religieuses, d’autres pour des raisons politiques ou culturelles. De nombreuses victimes de l’Holocauste étaient antisionistes. Le projet de résolution les déshonore et offense leur mémoire, en les considérant rétroactivement comme antisémites.

Pour les Palestiniens, le sionisme représente la dépossession, le déplacement, l’occupation et les inégalités structurelles. Il est cynique de les stigmatiser comme antisémites parce qu’ils s’opposent au sionisme. Ils s’opposent au sionisme non par haine des juifs, mais parce qu’ils vivent le sionisme comme un mouvement politique oppressif.

Agir ainsi témoigne d’une grande insensibilité et d’une politique de deux poids, deux mesures, sachant qu’Israël nie le droit de la Palestine à exister et mine son existence même.

Il n’y a aucun doute qu’il existe des antisémites parmi les gens qui s’opposent au sionisme. Mais il y a également beaucoup d’antisémites qui soutiennent le sionisme. Il est donc inapproprié et totalement inexact d’identifier de manière générale antisémitisme et antisionisme.

En confondant ces deux phénomènes, l’Assemblée nationale compromettrait les efforts vitaux de lutte contre le véritable antisémitisme, qui est multidimensionnel et provient de différents secteurs de la société française.

Approche problématique

Notre seconde objection est que la résolution approuve la définition de l’antisémitisme de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA). Cette définition est hautement problématique.

La résolution prétend que la définition « permet de désigner le plus précisément possible ce qu’est l’antisémitisme contemporain ». En réalité, cependant, la définition est peu claire et imprécise, et par conséquent n’est pas un instrument efficace de lutte contre l’antisémitisme.

D’autre part, une législation visant à lutter efficacement contre l’antisémitisme et à le poursuivre existe déjà en France.

L’exposé des motifs de la proposition de résolution indique que la définition de l’IHRA « ne reconnaît pas comme antisémite la critique des politiques de l’Etat d’Israël ». En réalité, cependant, plusieurs « exemples contemporains d’antisémitisme  » ont été joints à la définition, qui associe intentionnellement la critique et l’opposition aux politiques de l’Etat d’Israël à l’antisémitisme. Ces exemples sont présentés et considérés comme partie intégrante de la définition.

D’après les exemples et la manière dont ils sont appliqués, il suffit de critiquer Israël d’une manière perçue comme différente de ce qui se fait pour d’autres pays pour être considéré comme antisémite. Il suffit d’être en faveur d’une solution binationale ou démocratique au conflit israélo-palestinien pour être considéré comme antisémite.

Il en va de même quand on blâme Israël pour son racisme institutionnalisé.

On peut certainement ne pas être d’accord avec ces énoncés. Mais ces opinions sont considérées comme légitimes et protégées par la liberté d’expression dans tout autre contexte politique.

Ainsi, la résolution crée un double standard injustifiable en faveur d’Israël et contre les Palestiniens.

La définition de l’IHRA est déjà utilisée pour stigmatiser et réduire au silence les critiques de l’Etat d’Israël, notamment les organisations de défense des droits humains et des experts respectés. Cette situation a été condamnée par d’éminents spécialistes de l’antisémitisme.

L’avocat américain Kenneth Stern, l’un des rédacteurs originaux de la définition de l’IHRA, a également mis en garde contre l’utilisation de cette définition pour saper la liberté d’expression.

La question clé est la suivante : pourquoi tout cela se produit-il  ? Nous ne pouvons pas considérer cela comme indépendant de l’agenda politique principal du gouvernement israélien visant à enraciner son occupation et son annexion de la Palestine et à faire taire toute critique à l’égard de cet agenda.

Depuis des années, le gouvernement israélien du premier ministre Benjamin Nétanyahou dénonce comme antisémite toute opposition à sa politique. Nétanyahou lui même a défendu avec force l’assimilation de l’antisionisme à l’antisémitisme, ainsi que la définition de l’IHRA.

Cela illustre la manière dont la lutte contre l’antisémitisme a été instrumentalisée pour protéger le gouvernement israélien.

C’est avec inquiétude que nous constatons que ces efforts du gouvernement israélien trouvent un soutien politique, jusqu’en France. Nous invitons ainsi l’Assemblée nationale à lutter contre l’antisémitisme et contre toutes les formes de racisme, mais sans aider le gouvernement israélien dans son programme d’occupation et d’annexion.

Instrumentalisation

Cette proposition de résolution n’est pas un moyen crédible et efficace d’y parvenir. L’antisémitisme doit être combattu sur des bases universelles, au même titre que d’autres formes de racisme et de xénophobie, pour lutter contre la haine.

L’abandon de cette approche universaliste conduira à une polarisation accrue en France, ce qui nuirait également à la lutte contre l’antisémitisme.

Dans ce contexte, nous notons que la proposition de résolution est également en contradiction avec la position de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH). Dans son rapport de 2018 sur la lutte contre le racisme, la CNCDH a averti que la définition de l’IHRA risque d’affaiblir l’approche universelle française de la lutte contre le racisme et a insisté sur « la vigilance pour ne pas confondre racisme et critique légitime d’un Etat et de sa politique ».

Nous prions l’Assemblée nationale de ne pas soutenir une résolution qui assimile à tort l’antisionisme à l’antisémitisme.

Ne soutenez pas une résolution qui approuve la définition politisée de l’antisémitisme par l’IHRA, d’autant plus si elle le fait sans se distancier des exemples problématiques de la définition qui concernent Israël.

Premiers signataires :
Howard Tzvi Adelman, professeur associé d’Histoire et d’Histoire du Judaïsme, Queen’s University, Kingston, Ontario. Karin Adelman, médecin. Ofer Aharony professeur, faculté de Physique, Institut Weizmann des Sciences. Mateo Alaluf, professeur (émérite), Institut de Sociologie, université Libre de Bruxelles. Gadi Algazi, professeur d’Histoire médiévale, département d’Histoire, université de Tel Aviv Hila Amit , écrivain, chercheur. Gil Anidjar, professeur du département d’études Moyen-Orientales, Asiatiques et Africaines, Columbia University. Seth Anziska, professeur Associé, département d’études de l’Hébreu et du Judaïsme, University College London. Yonathan Anson, professeur, département de service social, université Ben-Gurion du Néguev. Jean-Christophe Attias, professeur et titulaire de la chaire de pensée juive médiévale, Ecole pratique des hautes études, université PSL, Paris. Elsa Auerbach, professeure (émérite), département d’Anglais, université du Massachusetts Boston. Joel Beinin, professeur (émérite), Donald J. Mc Lachlan d’Histoire et professeur d’Histoire du Moyen Orient, Université de Stanford. Avner Ben-Amos professeur, département d’Histoire, université de Tel Aviv. Ayelet Ben-Yishai, professeure Associée, département d’Anglais, université de Haifa. Andrew Stuart Bergerson, professeur, département d’Histoire, université du Missouri-Kansas City. Michael Berkowitz, professeur d’Histoire moderne du judaïsme, University College London. Louise Bethlehem, professeure, études Culturelles et d’Anglais, université Hébraïque de Jérusalem. David Blanc, professeur, département de Mathématiques, université de Haifa. Daniel D. Blatman, professeur, Directeur de l’Institut de Recherche Avraham Harman sur le judaïsme contemporain, université Hébraïque, Jérusalem. Hagit Borer, professeure, titulaire de la chaire en Linguistique, SLLF, Queen Mary University of London. Daniel Boyarin, professeur Taubman de Culture Talmudique, université de Californie, Berkeley. Rony Brauman, professeur à l’université de Manchester. Jose Brunner, professeur (émérite), Institut Cohn d’Histoire de la science et des idées et faculté de Droit Buchmann, université de Tel Aviv. Judith Butler, professeure Maxine Elliot professeur de littérature compare et de théorie critique, université de Californie, Berkeley. Jane Caplan, professeure (émérite) d’Histoire Européenne Moderne, université d’Oxford. Nina Caputo, professeure Associée, département d’Histoire, université de Floride. Michael Chanan, professeur de Film et Vidéo, université de Roehampton, Londres. Stephen Clingman, professeur, département d’Anglais, université du Massachusetts, Amherst. Eyal Clyne, non-affilié. James Cohen, professeur, Institut du monde anglophone, université Sorbonne Nouvelle Paris 3. Alon Confino, professeur, titulaire de la chaire Pen Tishkach d’études de l’Holocauste, Directeur de l’Institut d’études de l’holocauste, du génocide et de la mémoire, département d’Histoire, université du Massachusetts. Mike Cushman, chargé de recherche, London School of Economics and Political Science. Hilla Dayan, chercheu au département de Sociologie, Amsterdam University College. Sonia Dayan-Herzbrun, professeure (émérite), faculté de sciences sociales, université Paris Diderot Paris 7. Sidra DeKoven Ezrahi, professeure de littérature compare, université Hébraïque de Jérusalem. Tal Dor, chercheur adjoint, centre de Recherche Experice Paris 8. Tommy Dreyfus, professeur (émérite) de Mathématiques, faculté d’éducation, université de Tel Aviv. David Enoch, professeur, faculté de Droit et département de philosophie, université Hébraïque de Jérusalem. Judith Ferster, professeure (émérite), département d’Anglais, université de Caroline du Nord. Cynthia Franklin, département d’Anglais, université d’Hawaï. Gideon Freudenthal, professeur (émérite), Institut Cohn Institute d’Histoire de la science et des idées, université de Tel Aviv. Chaim Gans, professeur (émérite) faculté de Droit, université de Tel Aviv. Tamar Garb , professeure d’histoire de l’art Durning Lawrence, directrice Institute of Advanced Studies in Humanities and Social Sciences, University College London. Amos Goldberg, professeur, département d’Histoire du Judaïsme et du judaïsme contemporain, université Hébraïque de Jérusalem. Katharina Galor, professeure Associé Invité Hirschfeld, Programme d’études du judaïsme, université Brown. Shai Ginsburg, professeur, département d’études Asiatiques et Moyen-Orientales, université Duke. Rachel Giora , professeure, département de Linguistique, université de Tel Aviv. Steve Golin, professeur (émérite), département d’Histoire, Bloomfield College. Neve Gordon, professeur, département de Politique et gouvernement, université Ben-Gurion du Néguev. Joel Gordon, professeur, département d’Histoire, université d’Arkansas Fayetteville. Nir Gov, professeur, département de Physique chimique et biologique, Institut Weizmann des Sciences. Yann Guillaud, conférencier à Sciences Po et à l’université Catholique de Paris. Gérard Haddad, psychiatre, psychanalyste, écrivain. Ilana Hammerman, écrivain lauréate du prix Yeshayahu Leibowitz (2015). David Harel, professeur, département de Sciences informatiques et mathématiques appliquées,Institut Weizmann des Sciences. Elizabeth Heineman, professeure, département d’Histoire, université de l’Iowa. Shir Hever, Sciences Politiques, université libre de Berlin. Eva Jablonka, professeure, Institut Cohn Institute d’Histoire de la science et des idées, université de Tel Aviv. Michal Kaiser-Livne, sychanalyste, Institut de Berlin Institute pour l’Analyse de groupe Amnon Raz-Karkotzkin, professeur, Histoire juive. Brian Klug, agrégé supérieur de recherche et enseignant en Philosophie, université d’Oxford. Yehoshua Kolodny, professeur (émérite), Institut des Sciences de la terre, université Hébraïque de Jérusalem. Hubert Krivine, médecin. Pascal Lederer, médecin, directeur de recherche honoraire au CNRS. Micah Leshem, professeur (émérite), département de Psychologie, université de Haifa. Les Levidow, faculté d’Art et de Sciences sociales, The Open University, Royaume-Uni. Mark Levene, membre émérite, département d’Histoire, université de Southampton, Royaume- Uni. Joseph Levine, professeur de Philosophie, université du Massachusetts, Amherst. R. Ruth Linden, Président, Tree of Life Health Advocates, San Francisco. Adi Liraz, artiste interdisciplinaire, formateur sur l’histoire des juifs de Grèce et d’Allemagne. Rachel Livne-Freudenthal, Institut Leo Baeck, Jérusalem. Moshé Machover, professeur (émérite) de Philosophie, université de Londres. Joëlle Marelli, universitaire indépendante, ancienne directrice de programme du Collège Internationale de Philosophie, Paris. Anat Matar, département de Philosophie, université de Tel Aviv. Yehoshua Mathias, conférencier titulaire, faculté d’Education, université Hébraïque de Jérusalem. David Mednicoff, professeur Associé d’études Moyen-Orientales et de politique publique, université du Massachusetts, Amherst. Oded Na’aman, The Martin Buber Society of Fellows, université Hébraïque de Jérusalem. Sheryl Nestel, universitaire indépendante. Isaac Nevo, professeure associé de philosophie. Benita Parry, professeure (émérite), études d’Anglais et de littérature comparée, université de Warwick. Hadas Pe’ery, conférencier à l’Ecole de musique Buchmann, université de Tel Aviv. Nurit Peled-Elhanan, professeure, faculté d’Education, université Hébraïque de Jérusalem. Yael Politi, centre de bio ingénierie moléculaire et cellulaire, Technische Universität Dresden. David Ranan, Birkbeck University, Londres. Ada Rapoport-Albert, professeure (émérite) d’études Hébraïques et du judaïsme, University College London. Ben Ratskoff, université de Californie, Los Angeles. Shlomith Rimmon-Kenan, professeure (émérite), département de littérature anglaise et littérature comparée, université Hébraïque de Jérusalem. Noa Roei, professeure adjoint Analyse culturelle et littéraire, université d’Amsterdam. Lisa Rofel , professeure (émérite) université de Californie, Santa Cruz. Dana Ron, professeur, faculté d’Ingénierie, université de Tel Aviv. – Steven Rose, professeur (émérite) de biologie et neurobiologie, The Open University, Royaume-Uni. Jonathan Rosenhead, professeur de recherche opérationnelle, département de Management, London School of Economics and Political Science David M. Rosenthal, professeur, Cognitive Science Concentration Graduate Center, City University of New York. Michael Rothberg, professeur, 1939 Society Samuel Goetz Chair in Holocaust Studies, département de littérature comparée université de Californie. E. Natalie Rothman, département d’études historiques et culturelles, université de Toronto Scarborough. Catherine Rottenberg, professeure, département d’études Américaines and Canadiennes, université de Nottingham Sara Roy, maître de recherche, centre d’études Moyen Orientales, université d’Harvard. Hannah Safran, centre de recherche féministe de Haifa. Ariel Salzmann, département d’Histoire, Queen’s University, Ontario. Catherine Samary, économiste (ret.), université Paris Dauphine. Donald Sassoon, professeur (émérite) d’Histoire Européenne comparée, Queen Mary, université de Londres. Naomi Scheman, professeure (émérite) Philosophie et Genre, université du Minnesota. Sir Stephen Sedley, ancien Lord Juge de la Cour d’Appel, Angleterre et Pays de Galle, ancien professeur invité de droit, université d’Oxford. Graeme Segal, professeur (émérite),Mathématiques, All Souls College. Gershon Shafir, professeur, département de Sociologie, université de Californie, San Diego. Alice Shalvi, professeur (émérite), département d’Anglais, université Hébraïque de Jérusalem et université Ben-Gurion du Néguev. Dimitry Shevchenko, chercheur postdoctorale, département d’études Asiatiques, université Hébraïque de Jérusalem. Avi Shlaim, professeur (émérite), département d’études Politiques et Relations Internationales, St. Antony’s College et université d’Oxford. David Shulman, professeur, département d’études Asiatiques, université Hébraïque de Jérusalem. Dmitry Shumsky, département d’Histoire juive et Directeur du centre Cherrick Center pour l’étude du Sionisme, université Hébraïque de Jérusalem. Robert Yerachmiel Sniderman, université Simon Fraser. Lisa Stampnitzky, conférencier en Politique, département d’études Politiques et relations internationales, université de Sheffield. Marc Steinling, professeur, Médecin, Biophysicien. Sacha Stern, professeur, Directeur du département d’études Hébraïques et du Judaïsme, University College London. Zeev Sternhell, professeur (émérite) Léon Blum, université Hébraïque de Jérusalem. Howard Rechavia Taylor, Columbia University. Barry Trachtenberg, Michael R. et Deborah K. Rubin Président de la Chaire d’Histoire du judaïsme, département d’Histoire, université Wake Forest. Rolf Verleger, professeur (émérite), Psychologue. Dominique Vidal, historien et journaliste. Roy Wagner, professeur, département de Sciences Humaines, sciences sociales et politiques ETH Zürich. -Yair Wallach, directeur du centre d’études du judaïsme, département des langues et cultures du proche et moyen orient, SOAS, université de Londres. Joan Wallach Scott, professeur (émérite), Institute for Advanced Study, Princeton. Daphna Westerman, Master Beaux-Arts Fine, université Bauhaus, Weimar. Diane L. Wolf, professeure, département de Sociologie, université de Californie, Davis. Niza Yanay, professeur (émérite) département de Sociologie et Anthropologie, université Ben-Gurion du Néguev. Moshe Zimmermann, professeur (émérite), ancien directeur du centre Richard Koebner Minerva pour l’Histoire allemande, université Hébraïque de Jérusalem. Moshe Zuckermann, professeur (émérite), Institut Cohn d’Histoire de la science et des idées, université de Tel Aviv.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.