Réseau Voltaire

Demandez le programme

+

L’Opus Dei inspire la plupart des mouvements antiavortement comme Laissez les vivre, dont feu le professeur Jérôme Lejeune était le président, la Trève de Dieu de Claire Gobry-Fontana, Provie, de la comtesse Angela de Malherbe, ou l’Union pour la vie de Christine Boutin, qui a organisé la manifestation du 22 janvier 95. L’ensemble est dirigé depuis Rome par l’Académie pontificale Pro Vita, par l’intermédiaire américain de la Christian coalition.brL’Oeuvre soutien aussi le mode de vie familial contre les parents célibataires, les concubins et les homosexuels. Pendant la première cohabitation ses membres ont organisé un congrès international sur le "Droit de la famille", à Paris, sous la présidence de SAR la princesse Françoise de Bourbon-Lobkowicz (pour ceux qui ne lisent pas Gala, c’est l’épouse du prince Edouard, ambassadeur de l’Ordre souverain de Malte, et de la comtesse Christine de Marcellus de Vollmer, présidente de la World Organisation for Family).

Avec la participation de Bernadette Chirac, de Bernard Billaud (ancien directeur de cabinet du maire de Paris et grand officier de l’ordre de Saint-Grégoire-le-Grand), et du sénateur Jean Chérioux (adjoint au maire de Paris et également décoré par Jean-Paul II de l’ordre de Saint-Grégoire-le-grand). Pendant la seconde cohabitation, une partie des revendications des congressistes ont été adoptées dans le cadre d’une loi d’urgence relative à la famille. Grâce à Maurice Schuman, Bernard Seillier, Christine Boutin et consorts, elle institue des discriminations fiscales et sociales en faveur des couples mariés. Mais les opusiens veulent aller plus loin encore. Lors d’un colloque organisé par eux à l’Assemblée nationale le 26 novembre 1994, ils ont exigé, en présence de Jean-Louis Beaumont (député-maire de Saint-Maur-des-Fossés), Jean Foyer (ancien garde des Sceaux et président de l’Association des juristes pour la vie) et Bernard Seillier (sénateur de l’Aveyron), la création d’un salaire maternel financé par la fermeture des crèches et la repénalisation de l’homosexualité.

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.