Réseau Voltaire

« Le danger du mercenariat moderne »

+

L’instabilité de l’Irak de l’après-guerre a été juteuse pour les services d’armées privés qui sont embauchés par l’Autorité provisoire de la Coalition en Irak pour assurer pléthore de missions de sécurité. Ces compagnies privées ont également trouvé un marché lucratif en Afghanistan. Cette situation soulève des problèmes pratiques et éthiques qui doivent être étudiés avant qu’on en perde le contrôle.
Les entreprises privées de sécurité font perdre aux États le monopole de l’usage de la force et, chacune avec leurs spécialités, elles peuvent fournir la totalité des services normalement fournies par les forces militaires étatiques. Cela pose un certain nombre de problème du fait du manque de transparence, des actions de ces entreprises motivées par le profit et d’éventuels conflits d’intérêts.
L’émergence de ces compagnies fait partie partiellement de l’héritage de la diminution des armées consécutives à la fin de la Guerre froide. Les trois pays qui font le plus appel à elles sont l’Afrique du Sud, qui a commencé à se pencher sur la question d’un point de vue législatif suite aux débordements de Security Outcome, les États-Unis et la Grande-Bretagne. Ce développement pose un sérieux problème à la paix et à la sécurité car la plupart des conflits désormais impliquent des acteurs non-étatiques qui peuvent les recruter.
La législation sud-africain de 1998 vise donc à distinguer les pratiques d’assistance militaire et le mercenariat, pour sa part interdit. Cette distinction est fixée par une commission, mais aujourd’hui des compagnies sud-africaines opèrent en Irak sans le consentement formel de cette dernière. C’est pour cela que nous devons développer une législation internationale sur les compagnies de sécurité.

Source
International Herald Tribune (France)
L’International Herald Tribune est une version du New York Times adaptée au public européen. Il travaille directement en partenarait avec Haaretz (Israël), Kathimerini (Grèce), Frankfurter Allgemeine Zeitung (Allemagne), JoongAng Daily (Corée du Sud), Asahi Shimbun (Japon), The Daily Star (Liban) et El País (Espagne). En outre, via sa maison-mère, il travaille indirectement en partenarait avec Le Monde (France).

« The danger of latter-day mercenaries », par Raenette Taljaard, International Herald Tribune, 17 janvier 2004.

Raenette Taljaard

Raenette Taljaard Raenette Taljaard est la plus jeune membre du parlement sud-africain. Elle est chercheuse au Yale World et connu pour ses prises de positions en faveur de la régulation internationale des ventes d’armes en Afrique.

 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.