L’administration Bush est en train d’effectuer cinq transitions importantes en Irak :
- La rotation des 130 000 hommes stationnés en Irak, la plus importante rotation de troupes de l’histoire moderne.
- Le transfert de pouvoir de l’Autorité provisoire de la Coalition vers un gouvernement provisoire à la fin juin, un transfert qui occasionne déjà des difficultés.
- Le transfert du contrôle de la reconstruction de l’Irak à l’ONU, après juin.
- Le passage d’un contrôle militaire purement états-unien à une gestion par l’OTAN.
- Le passage de la primauté du département de la Défense à celle du département d’État pour gérer les efforts états-uniens en Irak.
Dans un monde parfait, tout serait fini cet été, mais aucune de ces transitions ne sera facile à mettre en place et, hormis la première, toutes pourraient être retardées, voire annulées.
En effet, pour qu’un gouvernement provisoire soit formé cet été, il faudra persuader la majorité chiite de renoncer aux à la tenue rapide d’élections et les Kurdes de ne pas demander l’autonomie. Pour que l’ONU assume ses responsabilités, il faudra convaincre Kofi Annan que le travail en vaut la peine et qu’il sera soutenu par les États-Unis. Pour que l’OTAN s’investisse, il faudra convaincre la France et l’Allemagne. Même le passage de relais entre le département de la Défense et le département d’État ne sera pas simple.
Ces transferts représentent un grand changement dans la politique des États-Unis en Irak. Il sont motivés par le sur-déploiement des troupes états-uniennes dans le monde et le caractère trop onéreux d’une reconstruction payée presque exclusivement par les États-Unis. En outre, les États-Unis ont vu le bon travail de l’ONU et de Lakhdar Brahimi en Afghanistan et ils souhaitent qu’ils agissent de la même façon en Irak. Quoi qu’il en soit, le nouveau gouvernement irakien aura besoin d’un long soutien extérieur et pas seulement de la part de Washington.

Source
International Herald Tribune (France)
L’International Herald Tribune est une version du New York Times adaptée au public européen. Il travaille directement en partenarait avec Haaretz (Israël), Kathimerini (Grèce), Frankfurter Allgemeine Zeitung (Allemagne), JoongAng Daily (Corée du Sud), Asahi Shimbun (Japon), The Daily Star (Liban) et El País (Espagne). En outre, via sa maison-mère, il travaille indirectement en partenarait avec Le Monde (France).

« Relinquishing control of Iraq, one hand at a time », par James Dobbins, International Herald Tribune, 12 février 2004.