Réseau Voltaire

« Si nécessaire, il faut frapper et détruire »

+

Les techniciens nord-coréens sont en train de finaliser la production d’un missile balistique de longue portée que certains experts jugent capables de frapper les États-Unis. Or, quand un missile comparable avait été testé par les Nord-Coréens, c’était en 1998. Les experts d’alors avaient estimé que la seule utilité d’une telle arme était de porter des têtes nucléaires. En 1999, la Corée du Nord a accepté un moratoire sur ses tests. Mais aujourd’hui, contrairement à 1998, la elle possède entre six et huit têtes nucléaires.
Les discussions six-partites visant à contenir les armes de destruction massive nord-coréennes ont échoué. Nous pensons que les États-Unis ne peuvent pas accepter d’être sous la menace nucléaire d’un pays hostile. Il serait prudent d’intervenir et, si la menace se précise, de détruire les missiles nord-coréens avant qu’ils ne soient opérationnels. On ne peut pas prendre le risque de compter sur notre système anti-missiles.
Il faut exprimer clairement que les États-Unis utilisent leurs seules forces, sans le concours d’un de leurs alliés, afin qu’ils ne souffrent pas d’une riposte nord-coréenne. Nous aurons droit à des protestations sud-coréennes, russes et chinoises mais personne ne défendra Pyongyang si nous frappons les premiers, la Corée du Nord ne pourra pas riposter. De toute façon, si Kim Jong Il attaquait la Corée du Sud, son régime n’y survivrait pas plus de quelques semaines.
George W. Bush doit prendre cette difficile décision.

Source
Washington Post (États-Unis)
Quotidien états-unien de référence, racheté en août 2013 par Jeff Bezos, fondateur d’Amazon.

« If Necessary, Strike and Destroy », par Ashton B. Carter et William J. Perry, Washington Post, 21 juin 2006.

Ashton B. Carter

Ashton B. Carter Ancien vice secrétaire à la Défense dans l’administration Clinton (1993-1996), Ashton B. Carter est co-directeur du Preventive Defense Project des universités de Stanford et Harvard. Il a témoigné devant la commission d’enquête Robb-Silberman sur le renseignement états-unien.

 
William J. Perry

William J. Perry Ancien secrétaire à la Défense (1994-1997), William J. Perry est chercheur à la Hoover Institution et co-directeur du Preventive Defense Project des universités de Stanford et Harvard.

 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.

L'invasion turque du Rojava
Tout ce que l’on vous cache sur l’opération turque « Source de paix » (3/3)
L’invasion turque du Rojava
par Thierry Meyssan
Le Kurdistan, imaginé par le colonialisme français
Tout ce que l’on vous cache sur l’opération turque « Source de paix » (2/3)
Le Kurdistan, imaginé par le colonialisme français
par Thierry Meyssan
La généalogie de la question kurde
Tout ce que l’on vous cache sur l’opération turque « Source de paix » (1/3)
La généalogie de la question kurde
par Thierry Meyssan
486. La « nation indispensable » est-elle « indispensable » ?
« Horizons et débats », n°22, 14 octobre 2019
La « nation indispensable » est-elle « indispensable » ?
Partenaires
 
485. « Opération Libero »
« Horizons et débats », n°21, 30 septembre 2019
« Opération Libero »
Partenaires
 
L'Otan derrière l'attaque turque en Syrie
L’Otan derrière l’attaque turque en Syrie
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire
 
L'accord d'Hmeimim
L’accord d’Hmeimim
Réseau Voltaire