Réseau Voltaire
Croisade

Franklin Graham, aumônier du Pentagone

Les Graham sont les prédicateurs les plus connus du monde libre. Billy fut le conseiller spirituel de cinq présidents des États-Unis et convertit George W. Bush. Son fils, Franklin, dirige une association de missionnaires embarqués dans les forces déployées en Irak et prêche les retraites de carême au Pentagone. Derrière cette dynastie se cache une organisation militaro-religieuse conçue pendant la Guerre froide pour opposer le christianisme au communisme athée et utilisée aujourd’hui contre l’islam.

| Mexico (Mexique)
+
JPEG - 10.6 ko

Il y avait Billy Graham, l’infatigable prêcheur itinérant qui fut le confident des présidents républicains, Eisenhower, Nixon, Ford, Reagan et Bush père. Il y a désormais Franklin Graham, le fils, aumônier du Pentagone et confident par hérédité du président Bush fils.

Le révérend Billy Graham est un familier du clan Bush et passe souvent ses vacances dans leur résidence d’été de Kennebunkport (Maine). C’est là, qu’en 1986, le saint homme aurait pris en aparté George W. qui menait alors une vie de patachon et souffrait d’alcoolisme et plus encore. Le pasteur ne pouvait s’empêcher de regarder Junior comme son fils, d’autant qu’à l’époque son fils biologique, Franklin, était lui aussi à la dérive et s’adonnait à la débauche. Billy toucha le cœur du jeune homme et lui révéla l’amour que Dieu lui porte. La parole du prêcheur grandit en George W. de sorte que, quelque temps plus tard, il put abandonner du jour au lendemain alcool et cocaïne et se tourner vers Notre Seigneur Jésus-Christ. C’est tout au moins l’édifiant récit que les conseillers en communication de Junior ont ressassé tout au long de ses campagnes électorales.

JPEG - 5.3 ko
Billy Graham aux côtés de
Richard Nixon

On comprend donc qu’une fois élu 43e président des États-Unis, George W. Bush désigna le révérend Franklin Graham pour dire la prière publique lors de la cérémonie d’investiture et recueillir sa prestation de serment sur La Bible. De même, c’est vers l’association missionnaire de Franklin, La Bourse du Samaritain (Samaritan’s Purse) que la Maison-Blanche se tourna pour remodeler l’Irak et y apporter la vrai Foi.

La Bourse du Samaritain

Créée en 1970, la Bourse du Samaritain est « une organisation chrétienne ayant pour vocation de diffuser la bonne parole de Jésus-Christ, par la prédication des Évangiles et l’aide aux démunis ».

L’organisation internationale est basée à Boone en Caroline du Nord Elle a un budget actuel de 200 millions de dollars, et dispose de filiales au Canada, en Australie, en Angleterre, aux Pays-Bas, au Kenya. Elle déclare fournir « de l’aide » dans plus de cent pays dans le monde.

Bien que les discriminations pour motifs de race, sexe, couleur, âge, été civil, invalidité, ascendance, etc., sont interdites dans un cadre professionnel, la loi états-unienne les autorise pour motifs religieux. Il est donc légal que, dans ses offres d’emploi, l’organisation stipule que tous les demandeurs doivent adhérer à sa « profession de foi ». Celle-ci inclut entre autres de croire que « La Bible est l’unique, inspirée et infaillible parole de Dieu » ; que Dieu est éternel, et unique, et que « Jésus-Christ est le seul chemin » pour « le salut des égarés et des pécheurs ». Les salariés de l’organisation samaritaine doivent aussi croire « en la résurrection des justes et des pécheurs ; les premiers pour la vie éternelle et les second pour la punition éternelle ».

En réalité, la Bourse du Samaritain se caractérise à la fois par des activités philanthropiques et par un culte faussement sentimental, le tout avec un fort souci d’engranger du profit. C’est ainsi qu’en tant que cadre de cette entreprise, le révérend Franklin Graham reçoit une « compensation » de 283.798 dollars annuels, sans compter d’autres recettes et bénéfices économiques dérivés de son labeur comme « sauveur d’âmes ».

Des critiques de la famille Graham ont indiqué que ses membres n’ont pas voulu rendre public le montant de leur fortune, pas plus que leurs émoluments en tant que cadres évangéliques.

En 2002, la Bourse du Samaritain a cumulé 170 225 005 dollars de recettes, pour des dépenses de 166 338 832 de dollars, y compris presque cinq millions dépensés en campagnes publicitaires pour l’obtention de fonds. Le bénéfice pour cette année s’est élévé à 3 886 173 de dollars, dont environ dix pour cent sont allés dans les poches de Franklin.

À cette date, les gains cumulés de la Bourse du Samaritain atteignaient les 66 201 651 de dollars. Cette pratique consistant à thésauriser sous couvert d’activités philanthropiques est justifié par la nécessité de disposer d’une « réserve » d’argent sur laquelle on peut compter. Elle est avantageusement calculée en pourcentage donné des ressources totales.

En dépit de cela, le fisc états-unien considère cette organisation comme « à but non lucratif ». Elle est donc exempte du paiement de l’impôt.

L’USAID

En mai 2003, il a été révélé que l’organisation de Franklin Graham avait reçu 4.2 millions de dollars de l’USAID en financements divers depuis 1988 et qu’elle recevrait encore plus pour développer ses activités en Irak [1].

En 2001, le New York Times s’est intéresse aux activités de la Bourse du Samaritain au Salvador. L’USAID a subventionné à hauteur de 202 000 dollars la construction de refuges pour les victimes d’un séisme dévastateur. Selon le grand quotidien, les employés de la Samaritan’s Purse organisaient des réunions de prière avant d’apprendre aux gens du cru comment construire des habitations temporaires [2].

La Bourse du Samaritain a indiqué que seulement un petit pourcentage de ses recettes provenait de l’USAID. L’Agence publique n’a versé, en 2000, que 3.9 millions de dollars de subvention, couvrant ainsi 2,9% des 135 millions de dollars du budget total de l’association philanthropique.
Toujours selon la Bourse, l’USAID n’aurait jamais posé de questions quand à l’utilisation des fonds, que ce soit au Salvador, au Honduras, au Kosovo, ou dans d’autres pays dans lesquels son action a reçu un financement du gouvernement américain.
Bien qu’elle nie conditionner l’aide matérielle à l’acceptation de croyances religieuses par les bénéficiaires ou mêler philanthropie et prosélytisme, elle ajoute que « comme organisation caritative chrétienne, nous sommes autant mobilisés pour répondre aux nécessités physiques que spirituelles des gens partout dans le monde. Nous ne cesserons jamais de la dire aux gens avec lesquels nous travaillons : Dieu les aime et prend soin de leur corps, de leur âme et de leur cœur ».
Et de conclure en forme de provocation : « Si le gouvernement des États-Unis nous demanderait de modifier ou d’abandonner notre singulière identité chrétienne comme condition pour nous accorder une aide financière, nous déclinerions courtoisement tout appui ».

Des organisations comme Samaritan’s Purse sont soutenues et encouragées par l’extrême droite aux commandes du gouvernement états-unien, afin de faire du profit et du prosélytisme religieux. Ainsi, le 11 janvier 2001, à l’American Enterprise Institute, Jesse Helms, président de la Commission sénatoriale des relations affaires étrangères a annoncé : « Je compte œuvrer avec le gouvernement Bush en vue de remplacer l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) par une nouvelle Fondation du développement international dont le mandat sera d’octroyer des " crédits forfaitaires " destinés à soutenir l’action d’organismes de secours privés et de groupes confessionnels, tels " Samaritan’s Purse ", le Secours catholique et bien d’autres encore ».
Avec cette proposition, alléguait Helms, « Nous allons réduire la bureaucratie pléthorique chargée de l’aide étrangère. Tout l’argent qui aura été économisé, jusqu’au dernier centime, sera remis à ces " armées du cœur " pour qu’elles viennent en aide aux êtres les plus démunis de la planète » [3]

La nouvelle guerre sainte

En 1982, l’organisation de Franklin Graham a accompagné avec son prosélytisme de toujours l’invasion israélienne de camps de réfugiés palestiniens ; elle a prêché auprès des Kurdes ayant combattu Saddam Hussein en 1991, et auprès de jeunes filles bosniaques de religion musulmane, qui avaient été violées par des Serbes chrétiens [4]

Pendant l’opération « Tempête du désert », en 1990, Graham déclara : « Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour tirer profit de la présence militaire des États-Unis pour partager avec les gens, la religion et la foi sur laquelle s’est édifiée notre nation ».
En décembre de cette même année, Samaritan’s Purse envoya 30 000 paquets contenant un exemplaire du Nouveau testament aux hommes et aux femmes servant sous les drapeaux. Ce prosélytisme ne manqua pas d’attirer l’attention du général Norman Schwartzkopf qui ordonna la confiscation des bibles pour éviter des conflits inter-religieux au sein de la troupe.

Après les attaques terroristes du 11 septembre à New York et Washington, dans un show radiophonique, Franklin Graham a accusé l’Islam d’inspirer les attaques contre le territoire des États-unis. Le premier jour du Ramadan, le mois sacré du jeûne musulman, Graham a déclaré : « Ceux qui se sont écrasés contre ces tours, n’étaient pas des méthodistes, ni des luthériens. Ce fut une attaque contre ce pays par des gens de confession musulmane. Si tu lis le Coran, ses versets, tu vois qu’il invite à tuer les infidèles, les non-musulmans ». Fin 2001 il se fit plus explicite encore : « Nous n’attaquons pas l’islam, c’est l’islam qui nous a attaqués. Le Dieu de l’islam n’est pas le même Dieu [que le nôtre]. Ce n’est pas le fils de Dieu de la foi chrétienne ou judéo-chrétienne. C’est un Dieu différent, et je crois que c’est une religion très mauvaise et perverse ».

« Nous allons là où se présente l’opportunité de répondre à des besoins », a déclaré en 2003 Ken Isaacs, directeur international des projets de la Samaritan Purse, situé à Boone, N.C. « Nous ne rejetons pas le nom du Christ. Nous croyons devoir le partager dans les faits et dans les mots. Nous serons ce que nous sommes », a-t-il poursuivi en annonçant le déploiement de missionnaires « embarqués » dans les unités combattantes en Irak.

Au camp militaire de Bushmaster près de Najaf, l’aumônier Josh Llano a tiré profit de la pénurie chronique d’eau nécessaire à la toilette des hommes, en conditionnant à leur conversion l’accès à 500 gallons d’eau sous son contrôle : « C’est simple, a t’il dit à un journaliste, ils [les musulmans] veulent de l’eau. J’en ai, s’ils acceptent le baptême ».

JPEG - 8.8 ko
Franklin Graham
Officiant comme aumônier du
Pentagone

Pour leur part, le 10 octobre 2003, des dirigeants d’églises évangéliques d’Équateur ont adressé une lettre ouverte à Franklin Graham suite à l’annonce faite par l’Association Évangélique de Billy Graham, présidée par Franklin, qu’elle organiserait un congrès en Équateur à la fin du mois. Les pasteurs équatoriens s’étonnaient que les Graham n’aient pas utilisé leur influence sur les Bush pour défendre la paix, plutôt que la guerre, comme l’exige, selon eux, la foi évangélique.
En détaillant les fausses promesses qui ont été faites pour justifier l’invasion de l’Irak, la lettre rappelait « [en 1992,] Nous avons commémoré le 500éme anniversaire de l’arrivée de Christophe Colomb sur nos terres, nous avons alors vivement critiqué le fait qu’aux côtés des armées conquérantes, se trouvait l’Église catholique pour imposer la croix au fil de l’épée, (…) Dix ans après le 500 ème anniversaire, ce sont les évangéliques - et parmi eux votre organisation - Samaritan’s Purse qui arrivent en Irak avec l’armée d’invasion ».

Au Soudan, la Bourse du Samaritain a aussi développé ses doubles activités philanthropiques et prosélytes. Conformément à une information de Franklin Graham diffusée sur son site internet, le chef de la majorité au Sénat états-unien, Bill Frist, a participé aux vols humanitaires de l’association en leur donnant un contenu politique. Il a développé la thèse de l’administration Bush selon laquelle le gouvernement de Khartoum est seul responsable de la crise qui ne peut être résolue que par une intervention du Pentagone.

Le sida et Dieu

En début d’année 2003, la Bourse du Samaritain ainsi que d’autres organisations connues de la droite religieuse, comme Focus on the Family, La Christian Coalition et The Family Research Council, se sont unies pour demander à Bush que les 15 milliards de dollars destinés à combattre le sida en Afrique dans le cadre d’un plan quinquennal soient utilisés pour prôner l’abstinence plutôt que l’usage du préservatif.

Dans une lettre envoyée à Bush, le 27 février de cette même année, signée entre autres par Franklin Graham, elles ont recommandé que ce programme considère l’abstinence et à la fidélité dans le mariage comme solutions au sida et l’utilisation du préservatif seulement comme un « ultime recours ». Elles ont aussi demandé que cette initiative soit accompagnée de fonds gouvernementaux pour les organisations religieuses ; et que ces financements soient refusés aux groupes de « libéraux » ou féministes, ou aux pro-avortement, même si ces ressources sont pour lutter contre le SIDA ou pour diffuser une information sur cette maladie.

Le pasteur évangélique Phillip Lee, de His Wat Out Ministries, a rapporté qu’en mars 2002 il s’était réuni avec Franklin Graham et d’autres membres de Samaritan’s Purse pour dire que « Dieu a énoncé des principes bibliques pour stopper l’épidémies du sida et apporter de l’espoir à ceux dont les vies ont été dévastées par cette maladie mortelle ».

Le républicain Bill Frist a collaboré depuis des années avec la Bourse du Samaritain. C’est un des législateurs les plus opposés aux droits sexuels et relatifs à la procréation.

Maintes et maintes fois, Frist a voté non seulement contre diverses formes d’avortement, mais aussi contre la pilule du lendemain et pour l’élimination des aides gouvernementales à des projets focalisés sur la contraception des femmes dans des pays pauvres. Il a aussi voté l’allocation de fonds de plusieurs dizaines de millions de dollars aux programmes d’abstinence sexuelle, qui empiètent sur la liberté de prendre des décisions personnelles et inspirées de préjugés moralistes sur la sexualité.

Le Messie en uniforme

Né en 1952, William Franklin Graham III est le quatrième des 5 enfants de l’évangéliste Billy Graham. Dans un article consacré à l’Empire Chrétien de Franklin Graham, John Chuckman souligne les obsessions précoces de Franklin quant aux armes à feu et son habitude d’en offrir [5]
Conformément à certains témoignages, Franklin a été un adolescent rebelle, il fumait (coutume qui scandalise beaucoup d’évangéliques), il buvait et se battait. Il a été expulsé du Le Tourneau College.
Sans vouloir entrer dans le détail de sa biographie officielle, celle-ci indique qu’a 22 ans,« après une période de rébellion et avoir parcouru le monde, Franklin a remis sa vie entre les mains de Jésus-Christ » , après quoi le docteur Bob Pierce, fondateur de Samaritan’s Purse l’a envoyé en mission en Asie. « Il ressentit le besoin de travailler avec les sinistrés de la guerre, de la faim, des maladies et des catastrophes naturelles ». (
En 1978, il a été nommé membre du Conseil directeur de cette organisation et, l’année suivante après le décès de Pierce, président de l’organisation, charge qu’il détient jusqu’à présent, un quart de siècle plus tard.
À partir de 1989, Franklin Graham alterne entre ses activités de magnat de la philanthropie religieuse et des prédications et autres festivals évangéliques en collaboration avec son père.

Le 23 septembre 2003, au stade de Tulsa, Oklahoma, environ 40 000 personnes étaient présentes pour écouter son message. Au cours de l’événement son fils cadet, Edward, qui venait d’obtenir son diplôme de l’Académie militaire de West Point, a expliqué à l’audience comment « sa foi l’a aidé » pendant sa formation
Malheureusement, le révérend Franklin Graham a eu moins de chance avec son fils Ned, lui aussi pasteur, dont les frasques sexuelles ont garni les journaux à scandale.

En réalité, le constant mélange des genres auquel se livre la dynastie Graham n’est pas le fruit du hasard, c’est sa stratégie. Les Graham ne sont que les porte-parole d’une organisation militaro-religieuse secrète, créée en 1947 par Abraham Vereide, pour développer une alternative chrétienne au communisme athée dans le contexte de la Guerre froide. Par souci de discrétion, l’organisation ne porte pas de nom, mais ses membres la désignent entre eux comme « la famille ». Son siège est installé dans une luxueuse propriété dotée d’un grand jardin aux splendides arbres à proximité du Pentagone, The Cedar (Les Cèdres).

Ce n’est qu’au début des années 50 que « la famille » a découvert le talent de Billy Graham et en a fait sa vedette. De nombreuses associations ont été créées pour christianiser les responsables politiques d’abord aux États-Unis, puis progressivement dans tous les pays de l’Alliance atlantique. Une branche française a été créée, en 1956, et Alain Poher en a longtemps assumé la présidence (voir notre document exclusif).

JPEG - 16 ko
Programme de la réunion d’installation en France de l’International Council for Christian Leadership
En 1956, Abraham Vereide installe une section de son organisation religieuse secrète en France. Les réunions se tiennent au Sénat, le secrétariat est assuré par des personnels de l’OTAN. Document : collection particulière Réseau Voltaire (document en grande taille en fin d’article).

Intimement liée à l’OTAN et à l’OTASE, « la famille » a installé dans les années 70 un centre de formation aux Philippines, le Collège des ambassadeurs, où quantité de hauts fonctionnaires du département d’État sont venus suivre des sessions de prière. Aujourd’hui, c’est le révérend Franklin Graham qui prêche la retraite de carême au Pentagone.

Depuis sa création, en 1947, « la famille » n’apparaît qu’une fois par an en public et se cache le reste du temps derrière le bagout de son prédicateur-star. En marge d’une conférence qui réunit des parlementaires du monde entier, elle organise un déjeuner public de prière présidé par le président en exercice des États-Unis d’Amérique. Même si les démocrates ont montré moins d’empressement que les républicains, à ce jour, aucun hôte de la Maison-Blanche n’a dérogé à cette cérémonie.

Documents joints

 

[1] A View From Zion « Bothered » par Stephen Swecker

[2] « U.S. Cautions Group on Mixing Religion and Salvador Quake Aid » par .David Gonzalez, The New York Times, 8 mars 2001.

[3] Source : Revue électronique du département d’État des États-Unis, mars 2001. Téléchargement au format PDF.

[4] « Franklin Graham : Spiritual Carpetbagger » par Mas’Ood Cajee, Counterpunch, 11 avril 2003.

[5] « Franklin Graham’s Chritian Empire » par John Chuckman, Counterpunch, 26 avril 2003.

Edgar González Ruiz

Edgar González Ruiz Philosophe et journaliste d’investigation, spécialisé dans l’étude de la droite politique au Mexique en particulier et en Amérique latine en général. Il a publié divers ouvrages dont La Última Cruzada (2001) ; Los Abascal (2002) ; Cruces y Sombras (2006) ; El clero en armas (2007). En 2005, il a reçu le Prix José Martí et, en 2006, le Prix national de journalisme du Mexique. Il collabore à l’hebdomadaire Contralínea.

 
L
L’Opus Dei au Pérou
Société secrète
 
La Fondation Héritage et l
La Fondation Héritage et l’Amérique latine
De la théorie à la pratique
 
Karl Rove, sa vie, ses basses œuvres
Karl Rove, sa vie, ses basses œuvres
Le « cerveau » du président
 
Histoire criminelle de Rudy Giuliani
Histoire criminelle de Rudy Giuliani
De New York à Mexico
 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.