Réseau Voltaire

« Si vous aviez vu ce que j’ai vu »

+

Les inspecteurs de l’administration Bush sur les armes de destruction massive en Irak ont dû admettre que la réalité du terrain est totalement différente de la réalité virtuelle qui a été présentée. Charles Duelfer et David Kay étaient tous deux favorables à la guerre, mais ils sont aussi des professionnels. Après avoir mené leur propre enquête, ils ont dû conclure que les mensonges auxquels il avaient contribués étaient faux. Duelfer a même contredit les affirmations de Kay qui parlait de l’existence de programme liés à la production d’armes de destruction massive. Duelfer pense que l’Irak a détruit ses armes à l’été 1991 et n’a rien trouvé concernant des armes de destruction massive après cette date.
Duelfer offre cependant une porte de sortie à l’administration qui l’a nommé en laissant planer le doute sur ce qui aurait pu se produire en cas d’arrêt des sanctions contre l’Irak. Il aurait dû rappeler cependant que même si les sanctions économiques avaient été levées, rien ne vient prouver que le Conseil de sécurité de l’ONU aurait levé les interdictions concernant l’armement irakien. Le rapport Duelfer confirme que la combinaison de sanctions de l’ONU, d’inspections et de pressions extérieures avaient permis d’endiguer Saddam Hussein. Le monde avait désarmé Saddam Hussein et ne s’en était pas rendu compte. Bush a affirmé que Saddam Hussein était une menace croissante, mais le rapport démontre que l’Irak était de moins en moins une menace. Bush affirme que Saddam Hussein haïssait les Etats-Unis, mais le rapport prouve qu’au contraire un hypothétique programme d’armement aurait d’abord servit contre l’Iran ou Israël.
Duelfer souligne l’importance des inspections sur le terrain. Ce n’est pas étonnant car tout ce qui était juste dans les rapports des services de renseignement venait d’eux et le reste était faux. Peut-on espérer qu’on se souviendra de cette leçon à propos de l’Iran, de la Libye et de la Corée du Nord.

Source
The Independent (Royaume-Uni)

« If you had seen what I have seen », par Hans Blix, The Independent, 10 octobre 2004.

Hans Blix

Hans Blix Président de la Commission sur les armes de destruction massive (WMDC) ; ancien président exécutif de la commission de surveillance, de vérification et d’inspection des Nations-Unies en Irak (UNMOVIC) ; directeur-général émérité de l’Agence internationale de l’énergie (IAEA)

 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.