Réseau Voltaire

Les armes de la « Guerre des étoiles » sont déjà là

Pour tenter de reprendre leur dominance, les États-Unis ont relancé la course aux armement, notamment la « Guerre des étoiles ». Les états-unis disposent déjà du missile SM-3 Block 1b, la Russie se dote, elle, de la navette sans pilote M-55.

| Bucarest (Roumanie)
+
JPEG - 30.7 ko

Roscosmos a publié un dessin du prototype de la navette russe réutilisable et sans pilote. Le drone est lancé à partir d’un avion M-55 à un plafond de 21 830 m. Après son lancement, la navette démarre le système de propulsion. Ce système est l’étape de positionnement par le satellite géostationnaire ; il est appelé Breeze M.

Cette navette suborbitale n’est pas une nouveauté. Au cours de la période 1959-1968, l’avion états-unien X-15 a battu le record de vitesse de 7 258 km/h (Mach 6,7) et l’altitude de 107 960 m. Le moteur du X-15 a fonctionné pendant 150 secondes, tandis que le Breeze M a déjà fonctionné pendant 3 200 secondes et peut être désactivé et redémarré. En plus du moteur de propulsion (14D30), le complexe Breeze dispose également de 12 petits moteurs d’orientation et de 4 moteurs à vernier qui permettent des manœuvres dans l’espace.

Quelle est la mission de ce drone aérospatial ?

L’altitude maximale et le rayon d’action des drones de l’aérospatiale russe sont presque identiques à ceux des missiles antibalistiques états-uniens SM-3 Block 1b. C’est pourquoi je pense que leurs missions sont les mêmes. Rappelons-nous de la période juste après le déploiement des missiles nucléaires en Europe et le lancement de « la Guerre des étoiles » par l’administration Reagan. L’URSS avait alors conçu la station orbitale Naryad V, placée sur orbite avec la fusée UR-100. La station était en réalité un système Breeze M, armé de missiles air-air guidés.

Naryad V a reçu, à partir du sol, l’ordre de modifier les paramètres orbitaux, d’approcher et de détruire les satellites orbitant à l’altitude de 40 000 km. La priorité était donnée aux satellites de communications militaires US, utilisés pour espionner les réseaux de communications terrestres, navales, aériennes, et aussi d’alerte en cas de lancement de missiles par l’Union soviétique. Une autre mission de la station orbitale de Naryad était la destruction des missiles balistiques états-uniens déjà lancés.

Le drone aérospatial suborbital russe est une station Naryad V qui remplit sa mission sans avoir à orbiter autour de la Terre. Pour détecter et suivre les missiles balistiques, les satellites en orbite basse, les drones russes doivent être équipés d’un système optique infrarouge à haute résolution (Sapsan) et d’un télémètre laser pour déterminer la distance qui les sépare de la cible. Le système Sapsan est monté sur des avions russes. Les missiles air-air K-74M (izdeliye 750) peuvent être lancés à partir des extrémités des ailes. Dans l’espace, ces missiles ne rencontrent aucune résistance et peuvent atteindre une cible située à 40 000 km.

Traduction
Avic
Réseau International

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.

L'invasion turque du Rojava
Tout ce que l’on vous cache sur l’opération turque « Source de paix » (3/3)
L’invasion turque du Rojava
par Thierry Meyssan
Le Kurdistan, imaginé par le colonialisme français
Tout ce que l’on vous cache sur l’opération turque « Source de paix » (2/3)
Le Kurdistan, imaginé par le colonialisme français
par Thierry Meyssan
La généalogie de la question kurde
Tout ce que l’on vous cache sur l’opération turque « Source de paix » (1/3)
La généalogie de la question kurde
par Thierry Meyssan
486. La « nation indispensable » est-elle « indispensable » ?
« Horizons et débats », n°22, 14 octobre 2019
La « nation indispensable » est-elle « indispensable » ?
Partenaires
 
485. « Opération Libero »
« Horizons et débats », n°21, 30 septembre 2019
« Opération Libero »
Partenaires
 
L'Otan derrière l'attaque turque en Syrie
L’Otan derrière l’attaque turque en Syrie
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire
 
L'accord d'Hmeimim
L’accord d’Hmeimim
Réseau Voltaire