Réseau Voltaire

Qui craint Alfredo Jalife ?

+

La toile et la presse mexicaines se sont enflammées à propos du professeur Alfredo Jalife-Rahme, que nous publions depuis quinze ans.

Selon une lettre ouverte au chef d’État, Andrés Manuel López Obrador (AMLO), de 120 intellectuels d’extrême-droite néo-libérale (dont l’ex-procureur Morales Lechuga corrompu par El Chapo et l’ex-chancelier Castañeda Gutman du Conseil de gestion de la Stanford Bank liée au Cartel du Golfe), il s’agirait d’une personnalité « prêchant un discours de haine » dont il ne devrait surtout pas s’entourer.

La chaîne YouTube de Jalife-Rahme, créée en 2013, est suivie par plus de 200 000 abonnés et ses conférences mensuelles sont visionnées par près d’un million d’internautes.

Alfredo Jalife est un médecin, membre fondateur de l’Association internationale des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire (International Physicians for the Prevention of Nuclear War) qui reçut le Prix Nobel de la Paix en 1985. Il est aujourd’hui professeur de géopolitique à l’UNAM (Universidad Nacional Autónoma de México) et chroniqueur dans plusieurs journaux, dont le plus lu en langue espagnole dans le monde La Jornada. Il est incontestablement réputé comme le meilleur géopoliticien d’Amérique latine.

Ses liens avec le nouveau président mexicain sont connus de tous. Andrés Manuel López Obrador a préfacé son ouvrage La desnacionalización de Pemex (Orfila, 2009), révélant la manière dont les États-Unis ont pris le contrôle des pétroles mexicains et ont ainsi obtenu l’auto-suffisance en matière énergétique.

La position de Jalife sur la privatisation de l’électricité a valu à son épouse, d’être menacée de mort, révolver au poing, par trois gardes du corps de l’ex-chancelier Jorge Castañeda Gutman (l’homme de George Soros au Mexique), durant l’administration de Vicente Fox. Le Mexique est le pays au monde où, durant les dernières années, les assassinats politiques ont été les plus fréquents.

Le professeur Jalife-Rahme est connu pour avoir dénoncé de nombreux scandales de corruption, dont ceux, parmi d’autres, impliquant plusieurs banques israéliennes ou communautaires comme le Groupe financier MIFEL. C’est son activité pour défendre la probité publique qui lui vaut aujourd’hui l’accusation de prêcheur de haine.

Le président Andrés Manuel López Obrador a déclaré à son sujet que c’est une « très bonne personne » (muy buena persona).

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.

L'invasion turque du Rojava
Tout ce que l’on vous cache sur l’opération turque « Source de paix » (3/3)
L’invasion turque du Rojava
par Thierry Meyssan
Le Kurdistan, imaginé par le colonialisme français
Tout ce que l’on vous cache sur l’opération turque « Source de paix » (2/3)
Le Kurdistan, imaginé par le colonialisme français
par Thierry Meyssan
La généalogie de la question kurde
Tout ce que l’on vous cache sur l’opération turque « Source de paix » (1/3)
La généalogie de la question kurde
par Thierry Meyssan
486. La « nation indispensable » est-elle « indispensable » ?
« Horizons et débats », n°22, 14 octobre 2019
La « nation indispensable » est-elle « indispensable » ?
Partenaires
 
485. « Opération Libero »
« Horizons et débats », n°21, 30 septembre 2019
« Opération Libero »
Partenaires
 
L'Otan derrière l'attaque turque en Syrie
L’Otan derrière l’attaque turque en Syrie
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire
 
L'accord d'Hmeimim
L’accord d’Hmeimim
Réseau Voltaire