Réseau Voltaire

La Turquie menace la Syrie et indirectement la Russie

+

Intervenant le 5 février 2020 devant le groupe parlementaire de l’AKP, le président turc Recep Tayyip Erdoğan a déclaré :

« Toute attaque, qu’elle soit terrestre ou aérienne, contre nos troupes ou contre les éléments amis avec lesquels nous travaillons recevra une réponse sans aucun avertissement quelle que soit son origine. Personne ne peut s’opposer à ce que nous exercions nous-mêmes notre droit de le faire étant donné l’incapacité à garantir la sécurité de nos troupes à Idlib ».

La Turquie, dont l’armée a envahi le nord de la Syrie, a fait éliminer par des « éléments amis » quatre officiers du FSB russe à Alep, le 1er février et s’est livrée à un accrochage très meurtrier les 2 et 3 février avec l’armée syrienne à Idleb. Elle a reçu le soutien des États-Unis le 4 février, jour où le président turc a multiplié les provocations contre la Russie en Ukraine.

Le président Erdoğan désigne comme des « éléments amis » à la fois des milices turkmènes liées aux Loups gris et des jihadistes d’Al-Qaeda.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.