La présidence bulgare avait été perquisitionnée sur ordre du Premier ministre, Boïko Borissov (à gauche sur la photo), le 9 juillet 2020.

Une foule est immédiatement descendue dans la rue pour soutenir le président Roumen Radev (à droite sur la photo) face au Premier ministre et au Parquet général l’accusant d’instrumenter la Justice.

Le 11 juillet, le président a demandé la démission du gouvernement dont il a dénoncé le « caractère mafieux ».

Il y a quatre ans, Thierry Meyssan dénonçait déjà les fonctions de Boïko Borissov au sein de la mafia bulgare et son rôle dans la fabrication de Captagon, une drogue de synthèse, au profit de la CIA et des jihadistes islamistes [1]. Cet article avait été démenti sans argument par l’UE et par l’Otan. En sera-t-il de même face aux déclarations du président Radev ?

[1] « Comment la Bulgarie a fourni des drogues et des armes à Al-Qaïda et à Daesh », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 4 janvier 2016.