Les dirigeants du G8 qui se retrouvent cette semaine à Sea Island vont faire face à un test de commandement historique. Son succès dépendra des mesures prises pour réduire les risques de terrorisme catastrophique. Malheureusement, le risque que les terroristes acquièrent et puissent utiliser des armes nucléaires, chimiques ou biologiques est réel. Avec le temps, si nous ne réagissons pas, Al Qaïda pourrait devenir la dixième puissance nucléaire mondiale. Il faut donc nous fixer pour objectif de l’empêcher d’acquérir des matériaux nucléaires.
En 2002, les dirigeants du G8 se sont engagés à mettre sur pied le partenariat global contre la prolifération des armes de destruction massive qui devait être financé à hauteur de 20 milliards de dollars. Aujourd’hui cette somme n’est pas atteinte et cela a pour conséquence que moins d’un quart du matériel nécessaire à la fabrication de bombes se trouve dans des sites sécurisés en Russie. Des milliers d’armes chimiques attendent leur destruction alors qu’il suffit d’une seule arme pour tuer des dizaines de milliers de personnes si elle est utilisée dans une grande ville. Des milliers de scientifiques russes sont par ailleurs sous-payés, ce qui accroît les risques de recrutement par des terroristes.
Les membres du G8 doivent prendre au moins dix mesures :
- Nommer dans chaque pays un responsable pour la contre-prolifération avec des pouvoirs étendus.
- Aller plus loin que les 20 milliards promis pour l’initiative de partenariat global contre la prolifération.
- Étendre ce partenariat à l’Inde, à Israël, au Pakistan et à la Chine.
- Accélérer les efforts pour sécuriser le matériel nucléaire utilisable dans le monde.
- Accélérer le démantèlement des 40 000 tonnes d’agents chimiques russes.
- Sécuriser les agents biologiques dangereux en Russie et dans les pays de l’ex-URSS.
- Initier un effort global contre les maladies infectieuses et le terrorisme biologique.
- Développer les efforts d’intégration des anciens scientifiques soviétiques.
- George W. Bush et Vladimir Poutine doivent améliorer la transparence et la sécurité des sites nucléaires en Europe.
- Il faut étendre la transparence dans le domaine des armes biologiques.

Source
Washington Post (États-Unis)
Quotidien états-unien de référence, racheté en août 2013 par Jeff Bezos, fondateur d’Amazon.

« A Test of Leadership On Sea Island », par Sam Nunn et Michele Flournoy, Washington Post, 8 juin 2004.