Quelle surprise ! [1] Les Français veulent notre argent et nous voulons que leurs vaches cessent d’absorber le budget européen aussi massivement. Il n’y a rien, de nouveau. Cela fait 30 ans que nous souhaitons une réforme de la Politique agricole commune (PAC). Il s’agit d’une politique outrageusement protectionniste bien qu’elle ne soit pas aussi agressive pour les pays du tiers monde que celle des États-Unis ou du Japon.
Malheureusement, faute d’engagement diplomatique suffisant, la PAC se poursuivra. Il est devenu urgent pour la Grande Bretagne de développer ses réseaux d’amitié dans les capitales européennes. Ce n’est pas qu’à Bruxelles que les décisions sont prises. En outre, faire des déclarations à Londres, en Anglais et espérer que les autres capitales en tiendront compte est illusoire.
Nous devons avoir une classe politique capable de se faire entendre en Europe. Il faut également que les ONG, syndicats et églises britanniques aillent présenter leurs arguments à leurs homologies en Europe. Il faut enfin que dans notre pays nous cessions de voir les patrons de presse eurosceptiques dicter notre politique européenne.

Source
The Independent (Royaume-Uni)

« We need to start talking to Europeans », par Denis MacShane, The Independent, 14 juin 2005.

[1] En Français dans le texte