Réseau Voltaire
« L’art de la guerre »

Les partenaires de l’Otan élargie

Depuis la dislocation de l’Union soviétique, l’Otan s’est transformée en vue de devenir un outil global de l’impérialisme états-unien. D’ores et déjà, les pays arabes du Golfe persique (sauf le sultanat d’Oman et le Yémen) sont intégrés dans l’Alliance aux côtés d’Israël. Ainsi le Qatar a-t-il fourni un habillage aux mercenaires utilisés par l’Otan contre la Libye.

| Rome (Italie)
+
JPEG - 38.3 ko
L’Otan célèbre le 10ème anniversaire de l’ « Initiative de coopération d’Istanbul » au Qatar (11 décembre 2014).

C’est la saison des anniversaires à l’Otan. À Amman (Jordanie), les 9 et 10 décembre, ont été célébrés les vingt ans du « Dialogue méditerranéen ». Étaient présents le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg et les 28 représentants du Conseil nord-atlantique, avec les ambassadeurs des 7 pays partenaires : Algérie, Égypte, Jordanie, Israël, Maroc, Mauritanie et Tunisie. Il y a trois ans, a rappelé Stoltenberg, « pendant l’opération dirigée par l’Otan pour protéger le peuple libyen, aussi bien la Jordanie que le Maroc ont apporté d’importantes contributions militaires : cela a été possible grâce à des années de coopération militaire entre nos pays ».

Le « Dialogue méditerranéen » prévoit en effet la formation d’officiers des pays partenaires dans les académies militaires de l’Otan, parmi lesquelles le « Defense College » de Rome, et celle de forces spéciales par les « Équipes mobiles d’entraînement » envoyées sur place par l’Otan. À ces activités s’ajoutent celles prévues par les « programmes de coopération individuelle » de l’Otan avec chacun des sept partenaires.

Le plus important est celui avec Israël, ratifié par l’Otan en décembre 2008, trois semaines avant l’opération israélienne « Plomb durci » contre Gaza. Il établit la connexion d’Israël au système électronique de l’Otan, l’augmentation des manœuvres militaires conjointes et de la coopération dans le secteur des armements, et jusque l’élargissement de la « coopération contre la prolifération nucléaire » (en ignorant qu’Israël, unique puissance nucléaire de la région, refuse de signer le Traité de non-prolifération et a rejeté la proposition de l’Onu d’une conférence pour la dénucléarisation du « Moyen-Orient »). « Avec la naissance de l’Émirat islamique et la façon dont se répand la violence et la haine dans toute l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient —a souligné Stoltenberg aux partenaires— cette synergie entre nous est plus que jamais nécessaire ». Et, se référant à la Jordanie, il la définit comme « une île de stabilité dans une mer de turbulence », en faisant des louanges sur « sa contribution à la stabilité de la région et aux opérations conduites avec les pays de l’Otan ».

Louanges méritées : la Jordanie a contribué à créer la « mer de turbulence », en participant d’abord à la guerre de l’Otan qui a démoli l’État libyen, puis à la guerre conduite par l’Otan en Syrie de façon secrète. La Jordanie, comme la Turquie, constitue la base avancée de cette opération qui, menée en synergie avec Israël, vise à démolir non pas l’ÉI (fonctionnel à cette stratégie) mais l’État syrien. Par leurs mérites, a annoncé Stoltenberg, les forces armées jordaniennes vont maintenant faire partie de la « Force de riposte de l’Otan ».

Le vingtième anniversaire du « Dialogue méditerranéen » étant célébré, le secrétaire général de l’Otan et les 28 représentants du Conseil nord-atlantique sont allés à Doha (Qatar) pour célébrer, le 11 décembre, le dixième anniversaire de l’ « Initiative de coopération d’Istanbul », le partenariat entre l’Otan et quatre monarchies du Golfe : Bahreïn, Émirats arabes unis, Koweït et Qatar. Stoltenberg a cité « la campagne de Libye comme exemple de la façon dont l’Otan et les partenaires du Golfe peuvent travailler ensemble ». Dans la guerre contre la Libye s’est distingué le Qatar qui, comme l’avait déclaré le chef d’état-major lui-même [1], avait infiltré en Libye des milliers de commandos aux ordres du Pentagone. Ce même Qatar qui aujourd’hui, comme il résulte aussi d’une enquête du Financial Times, dépense des milliards de dollars pour financer et armer les groupes islamistes qui combattent en Syrie, y compris l’ÉI, soutenu aussi par le Koweït et l’Arabie saoudite.

Est-ce un hasard si, à Doha, le secrétaire général de l’Otan n’a jamais nommé l’ÉI ?

Traduction
Marie-Ange Patrizio

Source
Il Manifesto (Italie)

[1] “Qatar admits sending hundreds of troops to support Libya rebels”, Ian Black, The Guardian, 26 octobre 2011.

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.

Le Kurdistan, imaginé par le colonialisme français
Tout ce que l’on vous cache sur l’opération turque « Source de paix » (2/3)
Le Kurdistan, imaginé par le colonialisme français
par Thierry Meyssan
La généalogie de la question kurde
Tout ce que l’on vous cache sur l’opération turque « Source de paix » (1/3)
La généalogie de la question kurde
par Thierry Meyssan
Donald Trump, seul contre tous
Donald Trump, seul contre tous
par Thierry Meyssan
486. La « nation indispensable » est-elle « indispensable » ?
« Horizons et débats », n°22, 14 octobre 2019
La « nation indispensable » est-elle « indispensable » ?
Partenaires
 
485. « Opération Libero »
« Horizons et débats », n°21, 30 septembre 2019
« Opération Libero »
Partenaires
 
L'Otan derrière l'attaque turque en Syrie
L’Otan derrière l’attaque turque en Syrie
par Manlio Dinucci, Réseau Voltaire
 
L'accord d'Hmeimim
L’accord d’Hmeimim
Réseau Voltaire