Le nouveau gouvernement grec d’Alexis Tsipras a vivement protesté contre la déclaration des « chefs d’État ou de gouvernement de l’Union » attribuant aux « séparatistes » le « bombardement aveugle » de la ville de Marioupol et menaçant la Russie de nouvelles sanctions [1].

Selon M. Tsipras, la Grèce n’a pas été consultée et cette déclaration a été publiée en violation des procédures de l’Union.

Selon EU Observer, la Hongrie, la Slovaquie et l’Autriche auraient vainement essayé de modifier cette déclaration en supprimant l’attribution de l’attaque de Marioupol aux indépendantistes.

Chronologie
- 24 janvier 2015 : attaque de Marioupol par l’armée ukrainienne
- 25 janvier : le parti d’Alexis Tsipras gagne les élections législatives en Grèce
- 26 janvier : le président de l’Union, Donald Tusk, félicite M Tsipras pour sa victoire
- 27 janvier : l’Union publie la Déclaration des chefs d’État ou de gouvernement (datée du 26) pendant que le nouveau gouvernement grec prête serment
- 28 janvier : le gouvernement grec dénonce une violation des procédures de l’Union