Réseau Voltaire

La Commission électorale présidentielle égyptienne cède au chantage des Frères musulmans

| Le Caire (Égypte)
+
JPEG - 55 ko

République arabe d’Égypte
Commission électorale présidentielle
Secrétariat général

Au nom de Dieu le Miséricordieux

À Son Excellence M. le maréchal Mohammed Hussein Tantawi
Chef du Conseil suprême des forces armées

Salutations,

Ceci est une réponse écrite à votre demande de message verbal aux conseillers, au directeur, aux membres et au secrétaire de la Commission électorale présidentielle, que nous avons reçue hier, mercredi 30 juin 2012, du général Mamdouh Shahin adjoint du ministre de la Défense chargé des affaires juridiques et constitutionnelles, et membre du Conseil suprême des forces armées.

La Commission tient à informer Votre Excellence de ce qui suit :

1- Il est impossible de retarder l’annonce des résultats de l’élection présidentielle (pour une durée indéterminée), en raison de la généralisation des manifestations de rue.

Ainsi, nous, Commission électorale présidentielle, son directeur et tous ses membres, voyons la nécessité de faire le droit et de prendre une décision utile au pays et à ses citoyens bien qu’il nous faille pour cela briser la Loi, et de confirmer le Docteur Mohamed Morsi président de l’Égypte, de manière à prévenir une destin sanglant au pays si nous proclamions l’élection du général Ahmed Shafiq.

2- En outre, nous, Commission électorale présidentielle, son directeur et tous ses membres, dénonçons toutes sortes de pressions, exercées de l’intérieur et de l’extérieur, et affirmons qu’il serait nécessaire de révéler à l’opinion publique égyptienne et internationale, les trucages, les manipulations et falsifications qui ont entaché l’ensemble du processus électoral.

En outre, nous, Commission électorale présidentielle, son directeur et tous ses membres, dénonçons les menaces de mort que nous avons reçues, sur nous et nos familles.

Nous mentionnons ce second point, au cas où Votre Excellence rejetterait notre proposition mentionnée ci-dessus au point 1.

Le secrétaire de la Commission électorale présidentielle
Hatem Bagato

Ce document, révélé en septembre 2013, atteste que la Commission électorale présidentielle —soumise à une très forte pression des Frères musulmans— a proclamé Mohamed Morsi élu pour éviter le guerre civile et non pas en se fondant sur le vote des citoyens.

L’auteur de ce document, Hatem Bagato, a été ultérieurement nommé par le « président » Morsi ministre des Relations avec le Parlement ; ce qui laisse penser qu’il était lui-même membre des Frères musulmans et participait au complot au détriment des autres membres de la Commission électorale.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.