Le nouveau secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a procédé aux nominations de son équipe.

Le directeur des Affaires politiques, Jeffrey Feltman, a été prorogé dans ses fonctions pour une année. Durant le mandat de Ban Ki-moon, il s’agissait de la plus haute fonction diplomatique au monde.

M. Feltman représente les intérêts de l’État profond US. Diplomate de carrière, il a d’abord servi en Israël, puis pour le compte de l’Autorité provisoire de la Coalition en Irak (un organisme privé qui ne dépendait pas de la Coalition, mais concentrait les membres du « gouvernement de continuité » US). Ambassadeur au Liban, il organisa l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, la Commission d’enquête de l’Onu et le Tribunal spécial contre les présidents Émile Lahoud et Bachar el-Assad. Par la suite, il devint l’assistant d’Hillary Clinton au département d’État, puis entra comme numéro 2 à l’Onu. Il est l’auteur du plan de capitulation totale et inconditionnelle de la Syrie (techniquement rédigé par l’Allemand Volker Perthes) [1].

[1] « L’Allemagne et l’Onu contre la Syrie », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 28 janvier 2016.