Réseau Voltaire
« L’art de la guerre »

La stratégie du chaos dirigé

Comme un rouleau compresseur, les États-Unis et l’Otan étendent au monde la stratégie Rumsfeld/Cebrowski de destruction des structures étatiques des pays non-intégré à la globalisation économique. Pour ce faire, ils utilisent les Européens auxquels ils font croire à une prétendue « menace russe ». Ce faisant, ils encourent le risque de provoquer une guerre générale.

| Rome (Italie)
+
JPEG - 69.7 ko
Le président roumain, Klaus Iohannis, déclare ouvertes les manœuvres de l’Otan « Bouclier de la mer 2019 ».

Tous contre tous : c’est l’image médiatique du chaos qui fait tâche d’huile sur la rive sud de la Méditerranée, de la Libye à la Syrie. Situation devant laquelle même Washington semble impuissant. En réalité Washington n’est pas l’apprenti sorcier incapable de contrôler les forces mises en mouvement. C’est le centre moteur d’une stratégie —celle du chaos— qui, en démolissant des États entiers, provoque une réaction en chaîne de conflits à utiliser selon l’antique méthode du « diviser pour régner ».

Sortis vainqueurs de la Guerre froide en 1991, les USA se sont auto-proclamés « le seul État avec une force, une portée et une influence en toute dimension —politique, économique et militaire— réellement mondiales », se proposant d’ « empêcher qu’une quelconque puissance hostile ne domine une région —l’Europe Occidentale, l’Asie Orientale, le territoire de l’ex-Union Soviétique et l’Asie Sud-Occidentale (le Moyen-Orient)— dont les ressources suffiraient à générer une puissance mondiale » [1].

Depuis lors les États-Unis et l’Otan sous leur commandement ont fragmenté ou démoli par la guerre, un à un, les États considérés comme un obstacle au plan de domination mondiale —Irak, Yougoslavie, Afghanistan, Libye, Syrie et autres— tandis que d’autres encore (parmi lesquels l’Iran et le Venezuela) sont dans le viseur.

Entre dans la même stratégie le coup d’État en Ukraine sous conduite des USA et de l’Otan, afin de provoquer en Europe une nouvelle Guerre froide pour isoler la Russie et renforcer l’influence des États-Unis en Europe.

Pendant qu’on concentre l’attention politico-médiatique sur le conflit en Libye, on laisse dans l’ombre le scénario de plus en plus menaçant de l’escalade de l’Otan contre la Russie. La réunion des 29 ministres des Affaires étrangères, convoquée, le 4 avril, à Washington pour célébrer les 70 ans de l’Alliance, a réaffirmé, sans aucune preuve, que « la Russie viole le Traité FNI en déployant en Europe de nouveaux missiles à capacité nucléaire ».

Une semaine plus tard, le 11 avril, l’Otan a annoncé que « la mise à jour » du système états-unien Aegis de“« défense anti- missile », basé à Deveselu en Roumanie, sera effectuée cet été, assurant que cela « ne fournira aucune capacité offensive au système ».

Ce système, installé en Roumanie et en Pologne, ainsi qu’à bord de navires, peut au contraire lancer non seulement des missiles intercepteurs mais aussi des missiles nucléaires. Moscou a averti : si les USA déploient en Europe des missiles nucléaires, la Russie déploiera sur son propre territoire des missiles analogues pointés sur les bases européennes. En conséquence, la dépense de l’Otan pour la « défense » s’accroît : les budgets militaires des alliés européens et du Canada augmenteront, en 2020, de 100 milliards de dollars.

Les ministres des Affaires étrangères, réunis à Washington, le 4 avril, se sont engagés en particulier à « affronter les actions agressives de la Russie en mer Noire », en établissant de « nouvelles mesures de soutien à nos proches partenaires, Géorgie et Ukraine ».

Le jour suivant, des dizaines de navires et de chasseurs-bombardiers des États-Unis, du Canada, de la Grèce, des Pays-Bas, de la Turquie, de la Roumanie et de la Bulgarie ont commencé en mer Noire un exercice Otan de guerre aéronavale à la limite des eaux territoriales russes, en se servant des ports d’Odessa (Ukraine) et de Poti (Géorgie). Simultanément plus de 50 chasseurs-bombardiers des États-Unis, d’Allemagne, du Royaume-Uni, de France et des Pays-Bas, décollant d’un aéroport hollandais et approvisionnés en vol, s’exerçaient à des « missions aériennes offensives d’attaque contre des objectifs sur terre ou en mer ». Des chasseurs-bombardiers Eurofighter italiens seront par contre envoyés par l’Otan patrouiller de nouveau sur la région baltique contre la « menace » des avions russes.

La corde est de plus en plus tendue et peut se rompre (ou être rompue) à tout moment, en nous entraînant dans un chaos bien plus dangereux que celui de la Libye.

Traduction
Marie-Ange Patrizio

Source
Il Manifesto (Italie)

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.