Selon Kommersant du 16 octobre 2020, 600 militaires turcs sont restés en Azerbaïdajan après les exercices militaires joints de cet été [1].

Ce personnel comprend :
- un groupe tactique de bataillon de 200 personnes,
- 50 instructeurs à Nakhijevan,
- 90 conseillers militaires à Bakou,
- 120 personnels de bord à l’aérodrome de Gabala ;
- 20 opérateurs de drones à la base aérienne de Dollyar,
- 50 instructeurs à l’aéroport d’Evlakh,
- 50 instructeurs du 4e corps d’armée et 20 autres à la base navale et à l’école militaire Heydar Aliyev de Bakou.

L’Azerbaïdjan abrite également
- 18 véhicules de combat d’infanterie turcs,
- 1 système de lance-roquettes multiples,
- 10 véhicules
- 34 aéronefs (dont 6 avions de combat, 8 hélicoptères, et 20 drones)

Le quotidien estime également qu’au cours de la première semaine d’octobre jusqu’à 1 300 jihadistes turkmènes syriens et 150 jihadistes libyens ont été déployés en Azerbaïdjan pour lutter contre les orthodoxes arméniens.

[1] « Принуждение к конфликту », Коммерсантъ, 16 октября 2020.