Réseau Voltaire

Michel Aoun accuse la Syrie d’avoir commandité l’attentat contre la chaîne de télévision de Rafic Hariri

+

L’hypothèse d’une responsabilité syrienne dans l’attaque au missile perpétrée dimanche 15 juin 2003 contre la chaîne de télévision du Premier ministre libanais, Rafic Hariri, a été pour la première fois évoquée par un ancien responsable libanais. Michel Aoun, ancien chef du gouvernement de transition du Liban, actuellement en exil à Paris, a en effet évoqué « un retour aux vieilles méthodes syriennes de déstabilisation ». Le président libanais, Emile Lahoud, en conflit depuis plusieurs mois avec son Premier ministre Rafic Hariri, est en effet connu pour être « l’homme de Damas ».
Revenant sur l’histoire récente du Liban, Michel Aoun a ainsi déclaré : « À l’aide de ses agents, Damas a tenté de menacer d’une nouvelle guerre civile et d’une scission de l’armée. Quand elle s’est rendu compte que ces propos avaient eu des répercussions négatives et avaient été rejetés par les Libanais, elle a cessé de recourir aux menaces directes. À ces menaces, se sont substituées des actions déstabilisatrices, qui rappellent la fin des années 60, époque de la paralysie du pouvoir. Une paralysie qui avait été accompagnée d’incidents sécuritaires ».
Rafic Hariri a également reçu des messages de sympathie de plusieurs chefs d’État et ministres étrangers. Il a notamment reçu des appels téléphoniques des présidents français et égyptien, Jacques Chirac et Hosni Moubarak, du président koweïtien de la Chambre Jassem Kharafi, des ministres saoudien et égyptien des Affaires étrangères, Saoud el-Fayçal et Ahmed Maher, et du secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa.

« Chirac, Moubarak et Amr Moussa condamnent l’attentat contre la Future TV », L’Orient Le Jour, 18 juin 2003.

Regards du Proche-Orient

Le monde vu du Proche-Orient. Tous les jours, le Réseau Voltaire a relevé les informations publiées dans la presse du Proche-Orient et les a résumé sous forme de dépêches sourcées (mai 2003-janvier 2004).

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.