Le secrétaire général du Conseil turc, Baghdad Amreyev, a apporté le soutien des membres de son organisation (Kazakhstan, Kirghizistan, Turquie, Ouzbékistan) à l’Azerbaïdjan.

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a pris position contre la Turquie dans le conflit de l’Arstakh.

« Le président turc Recep Tayyip Erdogan s’ingère militairement en Égypte, en Syrie, en Irak et en Libye, a-t-il déclaré (…) Il est également intervenu dans le Caucase entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie, est entré en collision avec la Grèce et Chypre et a attaqué la Méditerranée orientale dans les zones gazières, ce qui a obligé un grand pays influent comme la France d’envoyer des chasseurs et un porte-avions à Chypre ».

Ces déclarations posent le conflit entre les arabes et les turcs comme plus important que celui entre les musulmans sunnites et les musulmans chiites.