Le futur dirigeant d’un État arabe, riche en pétrole, prépare une politique de réforme permettant notamment aux filles d’aller à l’école, mais s’apprête également à signer un contrat pétrolier avec la Chine. Mais quelques jours avant, il est assassiné par la CIA. Il s’agit du scénario du film Syriana avec George Clooney.
Pourquoi les États-Unis assassineraient-ils un dirigeant éclairé alors que George W. Bush appelle de ses vœux l’avènement de tels dirigeants ? La réponse des scénaristes est que le gouvernement états-unien est contrôlé par les intérêts pétroliers texans et qu’ils ne permettront jamais à un pays arabe de signer un contrat avec une entreprise chinoise.
J’ai vu le film lors d’une projection presse, mais il circule largement dans le monde arabe via des cassettes pirates. Là-bas, ce film est vu comme une « preuve » que les États-Unis ne tolèreront pas de dirigeants démocratiques dans le monde arabe. En fait, le film ne fait que prêcher à des convertis et renforce les Arabes dans leur martyrologie et leurs théories conspirationistes. Depuis 1900, la liste des dirigeants arabes assassinés est longue et tous l’ont été par des islamistes, des militants pan-arabes ou des membres de services de sécurité arabes radicaux. Beaucoup d’Arabes préfèrent voir ce problème comme venant de l’atrenger. C’est un réflexe compréhensible. Ce qui l’est moins, c’est quand des Américains font des films qui présentent leur nation comme l’incarnation du mal.
Syriana ne décrit pas qu’un meurtre, il décrit les États-Unis comme la principale main derrière le terrorisme au Proche-Orient. En fait, cela s’explique par le désir de faire de l’argent. La dissidence et la haine de soi sont à la mode en ce moment. Mais ce faisant, le parti de l’auto-dénigrement fait trois choses :
- En présentant les États-Unis comme le Mal, il légitime les attaques des Arabes radicaux contre l’Amérique.
- Il affirme que le discours sur la démocratie est un non-sens.
- Il fait preuve d’ethnocentrisme en présentant les Arabes comme des objets et non des acteurs de l’Histoire. Il vole l’histoire des Arabes.

Source
Arab News (Arabie saoudite)
Arab News est un quotidien saoudien qui propose, en plus de quelques articles originaux, une traduction en anglais des articles d’Asharq Al-Awsat. Celui-ci appartient au Saudi Research Marketing Group du Dr. Abdulmuhsun Alakkas, membre du Conseil consultatif saoudien.
Asharqalawsat
Morocco Times (Maroc)

« Where American Self Loathing Meets Arab Conspiracy Theories », par Amir Taheri, Asharq Alawsat, 6 janvier 2006.
« The Despicable Self-Loathing Preached by ‘Syriana’ », Arab News, 7 janvier 2006.
« The despicable self-loathing preached by ’Syriana’ », Morocco Times, 8 janvier 2006.
« Hollywood Arabs », New York Post, 8 janvier 2006.