Réseau Voltaire

Le système de défense de l’espace aérien indien présente des lacunes troublantes

Valentin Vasilescu met en lumière les erreurs tactiques de l’aviation indienne lors de l’incident de Balakot. Les experts de Great Game India avaient déjà montré que les cibles du Jaish-e-Mohammed n’ont pas été atteintes, contrairement aux déclarations indiennes. Tout cela donne une impression d’amateurisme et renvoie à la visite secrète de Benjamin Netanyahu, le 25 octobre au Pakistan.

| Bucarest (Roumanie)
+
JPEG - 50.1 ko
L’armée pakistanaise devant les débris d’un avion indien abattu.

Après l’épisode de la destruction de l’avion indien MiG-21 Bison par le Pakistan, le 27 février 2019, les pseudo-experts concluent que l’Inde a des avions trop vieux et devrait les remplacer par des F-16. Je pense que même si l’Inde avait utilisé des avions F-35 ou Rafale, le résultat aurait été le même. Parce que l’erreur était imputable à des généraux de l’état-major de l’armée de l’air indienne, et non à la performance des avions, des armements de bord ou la formation des pilotes.

Le Pakistan a exécuté une mission pour tester le niveau de préparation de l’état-major de l’armée de l’air indienne et son degré de familiarisation avec les tactiques modernes. Il a envoyé dans une première vague plusieurs avions ayant des performances plus faibles comme des Mirage III ou des JF-17 qui devaient jouer le rôle « d’appât » pour les avions de chasse indiens. Derrière eux, à une distance de 50 km, suivait une deuxième vague composée de F-16 Block 52, les avions les plus performants du Pakistan, armés des missiles AIM-120 C5.

Les avions pakistanais de la première vague ont attiré dans un combat aérien rapproché (Dogfight) 2 MiG-21 Bison, le premier ayant décollé d’un aérodrome situé près de la frontière indo-pakistanaise. Après quoi la première vague est rentrée sur le territoire pakistanais. Les manœuvres des avions de la première vague étaient destinées à mettre les F-16 pakistanais dans la position optimale pour lancer des missiles air-air à longue portée et abattre les avions d’interception indien. Que s’est-il passé ?

Les généraux de l’état-major de l’armée de l’air indienne sont plus fascinés par les « merveilles » que les États-uniens leur proposent, publicités à l’appui, à propos des F-16 qu’ils veulent leur vendre. S’ils avaient voulu apprendre quelque chose sur leur utilisation, ils auraient suivi la scène de l’opération aérienne jouée par la Russie lors des exercices aéroterrestres Vostok-2017. Le scénario était le même que celui de l’aviation pakistanaise.

L’Inde pourrait avoir eu de la chance que le résultat de la frappe aérienne du 27 février soit celui que nous connaissons. Comme cela s’est fait dans des conditions où elle n’était absolument pas préparée, tout s’est déroulé de manière floue pour l’aviation indienne, et le Pakistan n’avait pas l’intention de mettre fin à cette action, détruisant ainsi des dizaines d’avions indiens. L’utilisation d’ « appâts » pour les avions d’interception ne fut une nouveauté que pour la direction de l’aviation indienne, car cela a été utilisé pour la première fois en 1982 par l’aviation israélienne lors de l’opération « Mole Cricket 19 », quand elle a abattu 80 MiG-21 et 23 autres avions syriens.

Je ne comprends pas la manière chaotique dont l’état-major indien planifie les combats. La veille, le 26 février, il avait parfaitement exécuté une mission offensive. Il a d’abord neutralisé le réseau radar états-unien AN/TPS-77 au Pakistan. Après quoi, des avions Mirage 2000 équipés de missiles SPICE 2000 auraient frappé des cibles du groupe terroriste Jaish-e-Mohammed dans la région de Balakot contrôlée par le Pakistan [1].

Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné dans l’aviation indienne le 27 février ? Une mission complexe pour défendre le territoire ne réduit pas à l’utilisation simultanée de 1 à 4 groupes de 4 à 6 avions d’interception. Il faut aussi d’autres groupes avec une autre destination tactique pour sécuriser le combat pour l’avion intercepteur. Ce qui est surprenant, c’est que l’Inde est supérieure au Pakistan parce qu’elle a les moyens les plus performants pour s’assurer la victoire au combat.

Dès le début, il y a un affichage complet de la situation aérienne à partir de données fournies par 5 AWACS (Beriev A-50 et Netra/EMB-145). Le tout est transmis aux pilotes d’interception via une ligne secrète. Les avions d’alerte précoce jouent également le rôle de point de commandement volant. Étant de grande taille, ils disposent d’équipements plus puissants et plus performants que ceux de l’avion intercepteur. La collaboration entre un bon navigateur AWACS et le pilote d’intercepteur permet l’initiation rapide de contre-mesures face aux missiles air-air de grande portée : des mesures radio-électroniques et à l’infrarouge, combinées à des manœuvres soudaines avec surcharge maximale.

Une autre manière de sécuriser le combat pour un avion intercepteur est le brouillage du radar du F-16 et du radar au sol du Pakistan, utilisant 3 avions indiens SRA/Gulfstream III. Si l’Inde avait utilisé un tel avion le 27 février, les radars des avions F-16 pakistanais auraient été brouillés et n’auraient plus pu lancer les missiles AIM-120, ou les lancer, mais sans toucher quoi que ce soit. De plus, les F-16 pakistanais auraient été « aveugles » et auraient pu être interceptés par les chasseurs indiens. Ils auraient été dirigés par les AWACS et placés latéralement, à des distances extérieures hors de portée visuelle des pilotes pakistanais, d’où ils auraient pu lancer leurs missiles air-air.

Traduction
Avic
Réseau International

[1] « Frappes aériennes de Balakot : une analyse des images satellite », par Great Game India, Réseau Voltaire, 7 mars 2019.

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.