La banque centrale libanaise a autorisé, le 1er novembre 2019, la réouverture des banques privées. Cependant elle a limité, pour une période indéfinie, à 2 500 dollars hebdomadaires les retraits d’argent liquide et les transferts vers l’étranger. Cette mesure s’applique à tous, y compris aux entreprises et aux étrangers.

La révolte actuelle au Liban a débuté avec la crise des liquidités (impossibilité de retirer de l’argent dans les banques et les distributeurs bancaires), contraignant le gouvernement et le parlement à adopter en urgence une nouvelle taxe, bientôt rapportée.

Les 13 jours d’émeutes ont fait au moins trois morts. Tous les axes routiers étaient coupés par des barrages et l’aéroport était inaccessible. Le Liban était isolé du reste du monde.

Comme en 2005, la présence des Serbes formés par Gene Sharp (AEI/Otpor/Canvas) est attestée sur place [1].

[1] « L’Albert Einstein Institution : la non-violence version CIA », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 4 juin 2007.