Le Frère Rachid Ghannouchi, 78 ans, a été élu président de l’Assemblée des représentants du peuple tunisien (assemblée nationale dans un système monocaméral) bien que son parti, Ennahdha, n’y ait pas de majorité.

Membre historique des Frères musulmans, Rachid Ghannouchi a été présenté par le MI6 comme un démocrate-islamiste [1], faisant oublier ses positions politiques contre la pleine citoyenneté des femmes, contre le fait que le peuple soit la source du Droit, et ses prêches enflammés aux côtés d’Hassan el-Tourabi au Soudan.

Rachid Ghannouchi n’a jamais reconnu son appartenance à la société secrète des Frères musulmans.

Porté au pouvoir par le MI6 lors du « printemps arabe », il reconstitua l’« Appareil secret » des Frères sous le nom de « Ligue de protection de la révolution » (LPR). Il put ainsi faire assassiner les « ennemis de Dieu » comme Chokri Belaïd ou Mohamed Brahmi.

En 2012, il organisa le transfert des combattants islamistes tunisiens en Syrie, ainsi que l’a révélé le quotidien syrien Al-Watan. En 2016, alors que les daechistes massacraient des centaines de milliers de musulmans, il déclara dans Al-Quods al-Arabi que « Daech représente l’islam en colère » (sic).

[1] Cf. Rachid Ghannouchi : A Democrat within Islamism, Azzam S. Tamimi, Oxford University Press, 2001.