Réseau Voltaire
Des armes chimiques en Syrie ?‎

Le rôle de la France dans le trucage du rapport de l’OIAC

+

Wikileaks a publié de nouveaux documents internes de l’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques (OIAC) [1]. Un e-mail atteste que le travail de l’inspecteur Ian Henderson a été supprimé sur ordre du directeur de cabinet du directeur général de l’Organisation, Sébastien Braha [2].

Ce diplomate français est un « cadre d’Orient » qui fut détaché auprès de l’OIAC trois mois après la supposée attaque chimique de Douma afin de contrôler l’enquête de l’Organisation.

Sébastien Braha (photo) précise ; « Veuillez retirer ce document des archives [...]. Et veuillez supprimer toute trace, s’il y en a, de sa livraison/stockage/quoi que ce soit dans les archives ».

Ian Henderson avait établi que les deux cylindres qui ont été retrouvés sur le site de l’attaque présumée à Douma (Syrie) auraient été plutôt placés manuellement que largués d’un avion ou d’un hélicoptère.

Le rapport expurgé avait été utilisé pour justifier un bombardement conjoint de la Syrie, par les États-Unis, le Royaume-Uni et la France, dans la nuit du 13 au 14 avril 2018.

[1] “OPCW Douma Docs”, Wikileaks, December 27, 2019.

[2] « Le rapport de l’OIAC était falsifié », Réseau Voltaire, 25 novembre 2019.

Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

Articles sous licence creative commons

Vous pouvez reproduire librement les articles du Réseau Voltaire à condition de citer la source et de ne pas les modifier ni les utiliser à des fins commerciales (licence CC BY-NC-ND).

Soutenir le Réseau Voltaire

Vous utilisez ce site où vous trouvez des analyses de qualité qui vous aident à vous forger votre compréhension du monde. Ce site ne peut exister sans votre soutien financier.
Aidez-nous par un don.

Comment participer au Réseau Voltaire ?

Traducteurs de niveau professionnel : vous pouvez nous aider à rendre ce site accessible dans votre langue maternelle.