Dans une lettre adressée le 29 septembre 2020 au président de la Commission sénatoriale de la Justice, Lindsey Graham, le directeur national du Renseignement US, John Ratcliffe, atteste que ses services ont eu connaissance fin juillet 2016 d’un complot ourdi par Hillary Clinton contre Donald Trump.

Selon ses propres notes, le directeur de la CIA de l’époque, John Brennan, aurait même présenté au président Barack Obama un mémo intitulé : « Approbation présumée par Hillary Clinton, le 26 juillet 20016, d’une proposition d’un de ses conseillers en politique étrangère visant à calomnier Donald Trump en suscitant un scandale alléguant une ingérence des services de sécurité russes » (Alleged approval by Hillary Clinton on July 26, 20016 of a proposal from one of her foreign policy advisors to vilify Donald Trump by stirring up a scandal claiming interference by Russian security services).

Le 7 septembre 2016, des responsables du Renseignement ont fait suivre au directeur du FBI, James Comey, et à l’assistant adjoint du contre-espionnage, Peter Strzok, un document intitulé « Approbation par la candidate à la présidence des États-Unis Hillary Clinton d’un plan concernant le candidat à la présidence des États-Unis Donald Trump et des pirates informatiques russes entravant les élections états-uniennes comme moyen de détourner l’attention du public de son utilisation d’un serveur de messagerie privé » (U.S. Presidential candidate Hillary Clinton’s approval of a plan concerning U.S. Presidential candidate Donald Trump and Russian hackers hampering U.S. elections as a means of distracting the public from her use of a private mail server).

Les documents cités n’ont pas été communiqués pour le moment. Cependant leur existence contredit plusieurs déclarations faites sous serment au Congrès.

Documents joints


(PDF - 288 ko)