« L’avenir de l’Irak appartient au peuple irakien. Après des années de dictature, l’Irak sera bientôt libéré. Pour la première fois depuis plusieurs décennies, les Irakiens choisiront sous peu leur propre gouvernement représentatif.

Les opérations militaires de la coalition progressent et seront couronnées de succès. Nous mettrons fin à la menace que font peser les armes de destruction massive de l’Irak, nous apporterons une aide humanitaire et nous garantirons la sécurité du peuple irakien. Nous créerons un milieu dans lequel les Irakiens pourront décider de leur avenir démocratiquement et pacifiquement.

Nous sommes reconnaissants aux hommes et femmes de nos forces armées, ainsi qu’aux soldats courageux de l’Australie et de la Pologne et aux forces détachées par d’autres membres de la coalition. Ils font preuve d’un courage immense et d’un grand professionnalisme face à un grave danger. Nous déplorons la mort des membres des forces armées qui ont fait le sacrifice de leur vie et nous exprimons nos sincères condoléances à leur famille.

Nous déplorons aussi les pertes de la population civile en Irak. Les forces de la coalition prennent grand soin de ne pas faire des victimes parmi la population civile. Le gouvernement irakien fait tout l’opposé. Il met délibérément en danger des civils irakiens et se sert de femmes et d’enfants comme boucliers humains. Il envoie des escadrons de la mort exécuter des Irakiens qui préfèrent la liberté au combat en faveur d’un régime dictatorial. Nous condamnons les attaques du gouvernement irakien exécutées par des hommes en civil, les redditions qui n’en sont pas et les mauvais traitements infligés aux prisonniers de guerre. Ces actes constituent une violation de toutes les normes de la décence et du droit international.

Nous prenons toutes les mesures possibles pour protéger en Irak tous les lieux saints musulmans et d’autres lieux importants qui font partie du patrimoine religieux et culturel de l’islam et de l’Irak. Nous n’avons nullement confiance que le gouvernement irakien fasse de même, et les informations selon lesquelles il met délibérément en danger ces lieux et s’en sert à des fins militaires nous préoccupent profondément.

La coalition distribue des vivres, des médicaments et d’autres formes d’aide humanitaire à la population irakienne. Cette aide augmentera au fur et à mesure que le territoire irakien sera libéré et que les institutions spécialisées de l’ONU et des organisations non gouvernementales seront mieux à même d’exercer leurs activités. Nous nous félicitons de l’adoption par le Conseil de sécurité de l’ONU de la résolution 1472, qui autorise la reprise des livraisons de l’aide humanitaire à l’Irak dans le cadre du programme "Pétrole contre nourriture".

Comme nous l’avons dit lors de notre réunion du 16 mars aux Açores, nous nous acquitterons de notre obligation d’aider le peuple irakien à créer une nation qui est unie, libre et en paix avec elle et avec ses voisins. Nous soutenons les aspirations de tous les Irakiens en ce qui concerne la formation d’un gouvernement représentatif uni qui respectera les droits de l’homme et l’Etat de droit en tant que principes fondamentaux de la démocratie. Nous réaffirmons notre engagement à protéger les ressources naturelles de l’Irak, en tant que patrimoine du peuple irakien, qui doivent être exploitées uniquement à son profit.

Dès que la coalition entreprendra la reconstruction de l’Irak, elle agira de concert avec ses alliés, avec d’autres donateurs bilatéraux ainsi qu’avec l’ONU et d’autres institutions internationales. L’Organisation des Nations unies a un rôle fondamental à jouer dans la reconstruction de l’Irak. Nous encourageons les efforts des institutions spécialisées de l’ONU et des organisations non gouvernementales en ce qui concerne la fourniture immédiate d’une aide à la population irakienne. Comme nous l’avons indiqué aux Açores, nous comptons demander au Conseil de sécurité de l’ONU d’adopter des résolutions réaffirmant l’intégrité territoriale de l’Irak, garantissant la livraison rapide de secours et approuvant une administration pertinente pour la période de l’après-conflit en Irak. Nous nous félicitions de la nomination par le secrétaire général de l’ONU d’un conseiller spécial pour l’Irak qui sera chargé de collaborer avec la population irakienne et avec les représentants de la coalition.

Le jour où les Irakiens se gouverneront eux-mêmes doit arriver rapidement. Dès que possible, nous soutiendrons la formation d’un gouvernement provisoire irakien, d’une administration de transition dirigée par les Irakiens, en attendant que le peuple irakien instaure un gouvernement permanent. Le gouvernement provisoire aura une large assise et sera représentatif ; ses membres proviendront de tous les groupes ethniques et de toutes les régions de l’Irak ainsi que de la diaspora. Il sera établi en tout premier lieu par le peuple irakien, avec l’aide des membres de la coalition et de concert avec le secrétaire général de l’ONU. Au fur et à mesure de la progression des forces de la coalition, des responsables civils irakiens se manifesteront et pourront faire partie de ce gouvernement provisoire. Celui-ci assumera progressivement les fonctions d’un gouvernement normal. Il constituera pour les Irakiens un moyen qui leur permettra de participer à la reconstruction économique et politique de leur pays dès le début.

Les forces de la coalition resteront en Irak aussi longtemps que cela sera nécessaire pour aider le peuple irakien à mettre en place ses propres institutions politiques et à reconstruire leur pays, mais pas plus longtemps. Nous sommes impatients d’accueillir un Irak libéré au sein de la communauté internationale des nations. Nous demandons à nos partenaires de la communauté internationale de se joindre à nous pour garantir que l’avenir du peuple irakien sera démocratique et sûr. »

Traduction officielle du département d’État