Dans le cadre de leur « partenariat stratégique », les États-Unis ont accordé des fonds supplémentaires conséquents à Israël pour accroître son arsenal.

Le Congrès a ainsi approuvé, fin décembre 2005, une allocation de 133 millions de dollars pour le développement du projet de missiles Arrow (photo), ainsi que le transfert de 600 millions de dollars supplémentaires à Israël, pour des projets communs de défense, en plus de ce que l’État hébreu reçoit annuellement.

Sous couvert d"un prétendu bouclier anti-missile israélien, les États-unis arment en fait Israël contre l’Iran : les quelques 600 millions de dollars seront ainsi affectés à la construction de drones, à l’acquisition de blindages de transports de troupes et de systèmes anti-leurres.

Plusieurs rapports états-uniens font également état de l’importance de ces « bases de défense anti-missiles » Arrow, dont la vocation est duale (leur porté étant estimé de 60 à 100km) : à la fois défensive et offensive.

Israël participe activement à la campagne de diabolisation de l’Iran, l’accusant sans preuves de chercher à fabriquer l’arme nucléaire en violation du Traité de non prolifération. Cependant, Israël est actuellement la seule puissance régionale à s’être dotée illégalement de la bombe atomique. C’est donc lui, et lui seul, qui représente une menace pour ses voisins.

« Le déploiement de missile de défense est un élément essentiel dans l’élargissement de nos efforts pour transformer notre défense, nos politiques de dissuasion et nos capacités de faire face aux nouvelles menaces », George W.Bush, le 17 décembre 2002.

Lien vers les rapports : http://www.globalsecurity.org/space...